Wacker et Biosyntia veulent produire de la biotine

Partager cet article avec :
Unité de fermentation sur le site de Léon en Espagne.

Le chimiste allemand Wacker a annoncé la signature d’un contrat avec la société de biotechnologie danoise Biosyntia. L’objectif de ce partenariat est le développement d’un procédé de production de biotine à grande échelle par voie de biotechnologie. La biotine, plus connue sous le nom de vitamine B7, est une coenzyme pour le métabolisme des protéines, des graisses et des glucides, et aurait des effets bénéfiques pour la santé tels que le bon fonctionnement du système nerveux et du métabolisme des macronutriments. La biotine actuellement disponible sur le marché est produite synthétiquement à partir de matière première pétrochimique. Sa consommation étant en forte hausse, 10 % par an selon les estimations (environ 376 millions de dollars d’ici à 2026), les deux partenaires ont choisi de développer une alternative naturelle, issue de la fermentation de matière première végétale. « Avec une biotine issue de la fermentation, nous souhaitons offrir aux consommateurs une alternative non chimique et durable qui est produite en Europe », a déclaré Susanne Leonhartsberger, présidente de la division Life Science de Wacker.

Ce partenariat s’appuiera sur la plateforme de technologie microbienne de Biosyntia, considéré comme l’un des leaders de la production de petites molécules.  Wacker, quant à lui, apporte une solide expertise dans le développement de procédés biotechnologiques et de fermentation à l’échelle industrielle. De plus, il pourra agrandir son portefeuille d’ingrédients comprenant la L-cystéine obtenue par voie fermentaire.

Partager cet article avec :