Vers une mode plus responsable

Partager cet article avec :

Vêtements, chaussures ou sacs biosourcés, recyclables, recyclés, voire biodégradables : la mode se veut de plus en plus responsable en remplaçant les matières pétrosourcées. Pour ce faire, les marques redoublent d’imagination. Retrouvez ci-dessous une sélection de produits textiles s’inscrivant dans une démarche écoresponsable.  

Un blouson vegan en chanvre

La marque de mode éthique et vegan Magnethik lance le blouson du « monde d’après », Grizzli. Ce vêtement 100 % made in France est fabriqué à partir de matières premières végétales ou recyclées. Il est constitué à 40 % de chanvre cultivé dans l’Aube et à 60 % de polyester recyclé issu de bouteilles plastiques. L’un des principaux engagements de la marque : s’assurer que l’ensemble des processus de fabrication de chaque fournisseur ne pollue ni l’air ni l’eau.

Des baskets pour végétaliens

La marque new-yorkaise Kengos vient de lancer une nouvelle gamme de baskets biodégradables et composées à 98 % de plantes. La semelle interne de la chaussure est en écorce de liège naturel, tandis que la tige et les lacets sont fabriqués à partir d’un matériau durable dérivé du maïs. La semelle extérieure de la chaussure est en caoutchouc naturel, et la tige tricotée est doublée d’eucalyptus, lui conférant des propriétés antibactériennes naturelles. Ce concept de chaussure respecte les principes végétaliens.

Du cuir… mais de poisson

Le chausseur Karl&Max s’est associé à la start-up Ictyos pour développer des chaussures écoresponsables, en cuir marin, 100 % made in France. Ictyos, seule tannerie en création en France depuis quarante ans, a mis au point des cuirs marins de haute qualité à partir de peaux de poissons issues de l’agroalimentaire et initialement vouées à la destruction. Pour produire les modèles Ondine et Léo, les deux entrepreneurs français ont choisi le cuir de saumon qui a été transformé à l’aide d’un procédé de tannage végétal. Ils assurent qu’aucun animal n’a été élevé dans le but de produire ces cuirs.

Des jeans plus écoresponsables

La marque Fairblue a mis au point un processus de fabrication afin de rendre ses jeans vraiment écologiques. Tout d’abord, le coton utilisé est labellisé GOTS, assurant ainsi un fil 100 % biologique. Ensuite, la transformation du fil en denim se fait via un processus permettant de diminuer de 70 % l’utilisation d’eau et de 65 % l’utilisation de produits chimiques dans les processus de tissage et de délavage. Enfin, le jacron, pièce traditionnellement faite en cuir et apposée au dos du pantalon, est fabriqué en viridis : un matériau à base d’ananas et de maïs.

 

Sur la piste végétale

Pour la confection de sa veste Welcome, Picture a souhaité se tourner vers la nature et capitaliser sur les atouts du ricin et de la canne à sucre pour produire du polyester sur une base non-pétrosourcée. L’huile de ricin est une parfaite alternative au pétrole : impropre à la consommation alimentaire, sa production ne nécessite que de très faibles quantités d’eau et n’implique aucune déforestation. La canne à sucre utilisée dans la fabrication de cette veste provient de coproduits d’une culture à destination alimentaire. De plus, cette plante participe à la capture du CO2 dans les sols.

 

Un sac à base de pommes

La marque de maroquinerie écoresponsable Cadence lance un nouveau sac à dos en Apple Skin, une alternative au cuir à base de déchets de pommes recyclés. Cette matière étant à la fois résistante et déperlante, ce sac vous permettra de transporter un ordinateur portable de 15 pouces. La doublure du sac est, quant à elle, en tissu recyclé. L’ensemble du sac est ensuite confectionné à la main. Avantage de poids : il a été pensé de façon à s’adapter à la morphologie féminine et ainsi à épouser la forme du dos tout en conservant un aspect élégant.

 

Des baskets modulaires

Le Français Caruus présente ses chaussures entièrement fabriquées en France à partir de lin, de matières recyclées et upcyclées. Ces chaussures ne contenant aucune colle ni couture entre les différentes parties, il est possible de changer la semelle et le chausson soi-même et à volonté. Ainsi, lorsqu’une partie de la chaussure est usée, il suffit de la remplacer. La jeune marque française ayant aussi développé sa propre filière de recyclage, la fin de vie de vos souliers est assurée : chaque matériau est revalorisé et recyclé en boucle fermée.

Des collants recyclés et consignés

La marque de mode écoresponsable Atelier Unes a créé les premiers collants recyclés et consignés. Ils sont fabriqués à partir d’une fibre textile contenant 60 % de fibres de nylon recyclées : Q-Nova. La production d’un kilo de Q-Nova permet d’économiser jusqu’à 100 litres de pétrole et de réduire de 40 % la consommation d’eau, par rapport à la fabrication de nylon vierge. Lors de l’achat de la paire de collant, le client paie deux euros de consigne. En fin de vie, au lieu de jeter les collants, il suffit de les renvoyer gratuitement et la consigne est remboursée.

Partager cet article avec :