Total renonce à l’huile de palme dès 2023

Partager cet article avec :

Après l’exclusion de l’huile de palme et de ses dérivés de la liste des matières premières pour les biocarburants en février 2021, le groupe TotalEnergies renonce à son utilisation. C’est le p-dg du groupe, Patrick Pouyanné, qui a fait cette annonce le 5 juillet 2021 dans le journal régional La Provence. Selon sa déclaration, le géant pétrolier cesserait d’utiliser cette matière première dès 2023, alors que son président militait pour la réintégration de l’huile de palme et de ses dérivés dans la liste depuis 2019, arguant que cette décision menaçait la pérennité de sa bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône) qui devait en traiter 300 000 tonnes par an. « Quand le Parlement a voulu changer la fiscalité de l’huile de palme, on était inquiets sur l’économie du projet. Donc on l’a défendu. La bonne nouvelle, c’est qu’au départ on pensait n’utiliser que 25 % de résidus (huiles usagées, huiles de fritures, graisses animales) et donc avoir besoin de 75 % d’huiles végétales, dont de l’huile de palme. Et en l’espace de trois ans, les filières de résidus se sont développées, et cette année nous allons utiliser moins de 100 000 tonnes d’huile de palme alors qu’au départ c’était 500 000 puis 300 000 tonnes. Aussi nous avons pris cette décision : à compter de 2023, il n’y aura plus d’huile de palme à La Mède, ni nulle part dans la compagnie », a expliqué Patrick Pouyanné au journal La Provence.

Le chef d’entreprise a tout de même précisé que le modèle économique de ce site qui a souvent été le sujet de polémiques serait maintenu, estimant que la question d’affectation des sols remettait en cause l’avenir des biocarburants à base d’huiles végétales. La société aurait également pour projet d’investir dans un biométhaniseur pour son site de La Mède afin produire du biogaz.

Partager cet article avec :