Textile intelligent : Un fil conducteur en cellulose

Partager cet article avec :
(c)Anna-Lena Lundqvist/Chalmers University of Technology

Une équipe de recherche, dirigée par l’Université technologique de Chalmers (Suède), a mis au point un fil conducteur en cellulose. Ce fil pourrait être utilisé dans la production de textiles électroniques, qui offrent de nouvelles opportunités notamment dans le domaine de la santé. « Ce fil ce cellulose pourrait conduire à la fabrication de vêtements avec des fonctions électroniques intégrées, intelligentes, fabriqués à partir de matériaux non toxiques, renouvelables et naturels », explique Sozan Darabi, doctorante en chimie à l’Université de Chalmers. A l’aide de ce fil, les chercheurs ont réussi à produire un textile thermoélectrique qui produit une petite quantité d’électricité lorsqu’il est chauffé d’un côté – par la chaleur corporelle par exemple. Avec une différence thermique de 37°C, le textile peut générer près de 0,2 microwatt d’électricité. Ce type de textile se révèle très prometteur notamment pour le domaine de la santé : ils permettraient de réaliser des fonctions de régulation, de surveillance et de mesures de divers paramètres.

Le processus de production du fil de cellulose a été mis au point par l’Université d’Aalto (Finlande). Le fil est ensuite teint avec un matériau polymère électriquement conducteur, selon le procédé de l’Université de Chalmers. Selon les résultats de l’étude, ce processus de teinture confère une conductivité record au fil, qui résiste à plusieurs lavages. Celle-ci peut être augmentée via l’ajout de nanofils d’argent. « La cellulose est un matériau fantastique qui peut être extrait et recyclé de manière durable, et nous la verrons de plus en plus utilisée à l’avenir. Et lorsque les produits sont fabriqués dans un matériau uniforme, ou avec le moins de matériaux possible, le processus de recyclage devient beaucoup plus facile et plus efficace », pointe Christian Müller, directeur de recherche de chimie et de génie chimique à l’Université technologique de Chalmers.

Partager cet article avec :