Rousselot tire son collagène de la peau de poisson

Partager cet article avec :

La demande mondiale de collagène ne cesse d’augmenter, notamment pour la fabrication de produits nutricosmétiques. Acteur du secteur depuis 2007, la société Rousselot termine la construction d’une unité de production de collagène marin sur site d’Angoulême.

Article paru dans Formule Verte n°45

La société Rousselot a investi 26 millions d’euros dans une deuxième ligne de production de collagène sur son site d’Angoulême. -(c)Rousselot

Nutricosmétiques, nutrition du sport, santé… Nombreux sont les domaines d’application des peptides de collagène. Ces protéines abondantes naturellement dans les tissus conjonctifs des animaux séduisent de plus en plus les consommateurs soucieux d’adopter un mode de vie sain. Le marché mondial des peptides de collagène connaît un taux de croissance annuelle de 10 %, et devrait ainsi atteindre 1,7 milliard de dollars d’ici à 2026. La société Rousselot produit depuis 2007 ce type de composés à destination de la nutricosmétique et de la nutraceutique, et le commercialise sous le nom de Peptan, « première marque de collagène sur le marché international », selon la société. Exploitant quatre sites de production de collagène – un site à Angoulême (Charente), un à Gand (Belgique), et deux au Brésil – la société a pris la décision d’augmenter les capacités de production de son site français. Pour cela, elle a investi 26 millions d’euros dans une deuxième ligne de production, qui sera entièrement dédiée à l’extraction du collagène marin, destiné aux compléments alimentaires. La construction de cette nouvelle installation de 2 500 m² a débuté en juillet 2018 et s’est achevée en juillet 2020. « Cette nouvelle ligne répond non seulement à la forte croissance du marché du collagène, mais également à l’exigence accrue et légitime de nos clients et consommateurs en collagène de qualité supérieure. A cette fin, nos ingénieurs ont sélectionné les meilleures technologies d’extraction de collagène et de séchage par pulvérisation. Cette nouvelle installation nous a permis d’embaucher quinze personnes », explique le directeur du site d’Angoulême, Mikaël Dollo.

Une valorisation de sous-produits

Le collagène est une protéine dite structurale présente dans les tissus conjonctifs des animaux. Également présente naturellement dans le corps humain, elle confère résistance et élasticité à des tissus tels que les cheveux, la peau ou encore les os. Le collagène hydrolysé peut être obtenu à partir de cellules bovines, matière première utilisée sur la ligne de production d’origine du site d’Angoulême. Pour sa nouvelle ligne, Rousselot a mis au point un nouveau procédé permettant d’extraire le collagène de produits dérivés de l’industrie agroalimentaire, en l’occurrence les peaux de poissons. « Nous valorisons les peaux de poissons pour l’extraction du collagène. Nous avons développé une technologie d’extraction qui se fait suivant deux grandes étapes : un lavage thermique et une hydrolyse enzymatique », explique Gaëtan Noiret, directeur commercial Nutrition santé pour la région Europe-Afrique-Moyen-Orient de Rousselot. Cette valorisation des coproduits de l’industrie agroalimentaire est en phase avec les activités de la société mère du groupe, Darling Ingredients, qui a racheté Rousselot en 2014. En effet, le groupe américain est connu pour utiliser des sous-produits de la boulangerie-pâtisserie, de la filière carnée ou encore des huiles de cuisson. « La demande en collagène d’origine marine et française connaît une forte hausse au Japon, en Chine et en Asie plus généralement. Le Made in France est très bien perçu », avance Gaëtan Noiret. Avant d’ajouter : « Les peptides de collagène d’origine marine intéressent principalement le marché de la beauté, mais aussi celui de la beauté intérieure – santé articulaire, osseuse, nutrition sportive. Cependant, ils ont des bienfaits bien plus holistiques. Une prise quotidienne a des bienfaits sur la peau (élasticité, hydratation), sur les articulations, le cartilage ou encore celui de la récupération des sportifs ». Ce nouveau processus d’extraction de collagène améliore les rendements et la qualité des produits, et les premiers lots devraient être disponibles au second semestre 2020. Désormais, la société travaille à l’adaptation de sa technologie à une plus large gamme d’espèces de poissons. Elle mise également sur la notion de durabilité et espère obtenir une certification « Pêche durable » et « Origine marine ». Pour ce faire, Rousselot s’oriente vers un sourcing plus durable et responsable sur le long terme.

 

Rousselot Angoulême en bref :

1929 : rachat de l’usine d’Angoulême par Rousselot

Effectif : 123 employés

Activité principale : production de peptides de collagène

Marchés cibles : cosmétique, nutraceutique, alimentation sportive

Chiffre d’affaires : 88 M€ en 2018

Partager cet article avec :