R&D : Plant Advanced Technologies prend part au projet InnCoCells

Partager cet article avec :

Le spécialiste lorrain des biomolécules végétales Plant Advanced Technologies (PAT) a annoncé sa participation au projet de recherche InnCoCells. Coordonné par le VTT (VTT Technical Research Centre of Finland), ce projet d’une durée de quatre ans a pour ambition de révolutionner la façon de découvrir, développer et produire des ingrédients cosmétiques validés scientifiquement. InnCoCells regroupe 17 partenaires répartis dans 11 pays européens : instituts académiques, PME, partenaires industriels, ONG ou encore des organisations sectorielles telles que la Cosmetic Valley. Ce projet bénéficie d’un budget total de 7,9 millions d’euros, et sa partie recherche est financée par la Commission européenne. La participation de PAT est financée à hauteur de 750 000 euros pour toute la durée du projet. « Nous sommes ravis de prendre part au projet InnCoCells qui s’annonce ambitieux et riche d’innovation. Ce type de projet est un excellent moyen de dialoguer avec des laboratoires de pointe en Europe (VTT, VIB, LIST, ENEA, TUDA, ILVO, etc.) et de permettre à nos personnels de recherche de participer aux dernières avancées dans leurs domaines », a commenté Frédéric Bourgaud, directeur général délégué à la recherche chez PAT.

Protéger la biodiversité de la surexploitation

Le projet InnCoCells s’inscrit dans le cadre du programme de financement européen Horizon 2020. Il vise à utiliser des procédés de production innovants à base de plantes qui répondront à des exigences fortes en matière de protection de l’environnement et d’économie des ressources. Le projet va donc étudier la culture aéroponique mise au point par PAT pour étudier une voie de développement de nouveaux ingrédients cosmétiques pensés de manière durable. La filiale Straticell de PAT, société spécialisée dans la prestation de services d’études d’efficacité in vitro pour les produits de soins cutanés, sera également partie prenante de ce projet. La technologie de PAT devrait permettre de cultiver des plantes sélectionnées, aujourd’hui menacées par la surexploitation, de manière durable et rentable sans pour autant présenter le moindre risque pour la biodiversité.

Partager cet article avec :