R&D : La chitine comme matériau de construction ?

Partager cet article avec :
La chitine est le principal composant de la carapace des crustacés.- (c)Nico Franz

Et si les crustacés servaient à la construction de nos maisons/ponts? Une équipe de chercheurs de l’université s’intéresse à l’usage de cette molécule présente naturellement dans les carapaces de crustacés. À la fois robuste, pliable, légère et stable, ce biopolymère, le deuxième plus abondant dans la nature après la cellulose pourrait servir à l’élaboration de matériaux de construction, notamment des bétons plus légers et plus durables.

« La chitine est extrêmement polyvalente et est, par exemple, un composant des carapaces de homards qui sont difficiles à casser. C’est aussi une molécule structurelle que l’on retrouve dans les ailes d’insectes, les champignons ou encore les diatomées », a expliqué le professeur Sabine Laschat, professeur de chimie organique à l’université de Stuttgart, au journal Biooekonomie BW. L’équipe de recherche, composée de six instituts allant des sciences naturelles à la science des matériaux, a mis en place le projet Chitinfluid qui cherche à développer des matériaux multifonctionnels via des fluides complexes à base d’eau. Ce projet a convaincu la Fondation Carl Zeiss qui, depuis le mois de janvier 2021, finance le projet à hauteur de deux millions d’euros pour une période de quatre ans. Cette opération est réalisée dans le cadre de la ligne de financement « Perspectives » de la Fondation. La difficulté principale de ce projet est de transformer la chitine en fluide. « Nous ne pouvons pas faire fondre la chitine thermiquement, car cela détruirait le polysaccharide. Si nous devions l’écraser, nous obtiendrions des granules qui ne peuvent pas être modifiées selon les besoins », explique Sabine Laschat. L’équipe étudie donc actuellement la structure naturelle de la chitine afin de mieux appréhender les possibles procédés de transformation.

Partager cet article avec :