PVDF : Arkema lance une gamme renouvelable

Partager cet article avec :

arkemaLe chimiste français Arkema a annoncé le lancement d’une nouvelle gamme de polyfluorure de vinylidène (PVDF) d’origine renouvelable. Cette gamme, baptisé Kynar, sera produite à partir de coproduits de la fabrication de pâte à papier et s’adressera au marché des batteries lithium-ion. Traditionnellement, les PVDF sont des polymères composés de carbone provenant de la transformation de l’éthylène, et de fluor. Les grades Kynar seront produits à partir d’un éthylène vert provenant d’huile de pin, coproduit de la fabrication de pâte à papier, permettant une approche de mass balance pour ces produits. Ce PVDF sera fabriqué dans un premier temps sur le site d’Arkema à Pierre-Bénite (Rhône), situé dans la vallée de la chimie. « Aujourd’hui, nous franchissons une étape majeure en produisant des grades de polymères fluorés à partir de carbone issus de matières premières renouvelables. C’est une innovation remarquable que nous sommes fiers de partager avec nos clients au niveau mondial. Il existe une réelle demande pour des solutions plus durables et nous sommes heureux d’y apporter une contribution de premier plan », a commenté le directeur mondial de la R&D des polymères fluorés d’Arkema, Anthony Bonnet. Ce PVDF renouvelable permettrait de réduire de 20 % les émissions de CO2 au cours de sa production par rapport à PVDF d’origine fossile.

Un fluor renouvelable

Le fluor contenu dans le PVDF est traditionnellement issu de l’extraction de minerai de spath fluor. Arkema cherche donc une alternative plus durable à ce monomère. Le chimiste a signé un partenariat aux États-Unis afin de produire des PVDF à partir de sous-produits fluorés dérivés de l’industrie agrochimique. Leur commercialisation devrait débuter d’ici à la mi-2022. En outre, Arkema s’assure du recyclage mécanique de ce composé fluoré notamment via le rachat de la société Agiplast, annoncé en mai 2021 et qui devrait être finalisé en juin 2021.

Partager cet article avec :