Protéines d’insectes : Agronutris lève 100 M€ pour son industrialisation

Partager cet article avec :

La société spécialisée dans l’élevage et la transformation d’insectes Agronutris a annoncé une levée de fonds d’un montant de 100 millions d’euros. Cette opération permettra à la société la construction, à Rethel (Ardennes), de sa première unité industrielle d’ici à la fin 2022 et de financer l’implantation d’un second site de plus grande envergure. Afin de récolter cette somme, Agronutris a réuni de nombreux acteurs capables de l’accompagner. Dans le détail, 50 % de la somme a été souscrite en fonds propres par le fonds SPI géré par Bpifrance, Mirova, le Groupe Nutergia, le Crédit Agricole Nord-Est, et le business angel Bertrand Jelensperger. Les Caisses d’Epargne Grand-Est, Hauts de France et Midi-Pyrénées, le CIC, le Crédit Coopératif et un énergéticien ont souscrit 40 % de la levée de fonds en dette long-terme. Les 10 % restants ont été apportés en subventions par l’Etat dans le cadre du plan France Relance et par la région Grand-Est. « Cette levée de fonds nous donne les moyens d’entamer une nouvelle étape de notre développement, mais c’est aussi une reconnaissance du chemin parcouru par l’entreprise ces dix dernières années », a commenté Cédric Auriol, directeur général d’Agronutris. Déjà en novembre 2020, InnovaFeed levait 140 M€ et faisait partie des 31 premiers lauréats du plan France Relance, une preuve que les protéines alternatives ont de l’avenir.

9 sites pour 2029

Agronutris élève de manière systémique trois espèces d’insectes : le grillon, le ver de farine et la mouche soldat noire. Les premières productions du site industriel de la société porteront sur l’élevage et la transformation de la mouche soldat noire à destination des marchés de l’aquaculture et du petfood. Les deux premiers sites industriels utiliseront 280 000 tonnes par an de biorésidus agricoles afin de nourrir les insectes, qui seront convertis en farines et huiles, ainsi qu’en engrais organique. Agronutris entend s’affirmer comme un acteur mondial de premier plan dans la nutrition durable. Pour cela, il envisage le déploiement de neuf sites de production à horizon 2029, avec une capacité cumulée de conversion d’1,5 million de tonnes de biodéchets.

Partager cet article avec :