Protéines alternatives : Protéines France veut structurer la filière

Partager cet article avec :

Le consortium Protéines France a présenté le 16 septembre 2021 un nouveau projet de structuration de filière, ProteiNEW. Ce projet, d’une durée de 30 mois, contribuera au renforcement de l’indépendance protéique de la France et de sa compétitivité sur la scène européenne et internationale. L’objectif principal de ProteiNEW est d’accélérer la structuration de la filière française des protéines végétales et nouvelles ressources, et saisir les opportunités de croissance.

Piloté par Protéines France, le consortium est composé Algama, Avril, Fermentalg, Les Mousquetaires, Limagrain, Roquette, Soufflet et Tereos, en plus de l’ensemble des membres de Protéines France et de l’ensemble des acteurs de la filière. ProteiNEW est notamment lauréat de l’appel à projets « structuration des filières protéines végétales » de FranceAgriMer dans le cadre du volet agriculture du Plan de Relance.

Faire de la France un leader

Les protéines végétales et les nouvelles sources de protéines, comme les algues, les insectes ou les microorganismes, constituent des réponses aux défis contemporains. En effet, elles améliorent la nutrition en offrant une ressource plus abordable, en luttant contre le changement climatique grâce à des modes de production plus durables ou en préservant les écosystèmes. Et pour l’instant, la France est un pays fortement importateur de protéines. ProtéiNEW a donc pour objectif de faire de la France un leader des protéines. Il va s’appuyer sur quatre axes prioritaires : développer la filière du champ à l’assiette avec l’amont et l’aval, notamment en réalisant un état des lieux et des projections à l’horizon 2030 sur la production et la mobilisation des matières premières ; orienter, accompagner et faciliter l’innovation au sein de la filière, par la conception et le déploiement de programmes d’accompagnement dédiés aux start-up, en lien avec Bpifrance ; renforcer la structure du cadre international en initiant un programme de normalisation des protéines végétales pour l’alimentation humaine, en lien avec l’AFNOR ; et assurer la dissémination de l’ensemble des outils référencés auprès des acteurs sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

Partager cet article avec :