Polymères à base de CO2 : Avantium perçoit 1,78 M€ du programme Horizon 2020

Partager cet article avec :
Avantium développe des technologies basées sur la catalyse chimique.

Avantium, expert néerlandais de la chimie renouvelable, a annoncé la perception de 1,78 million d’euros. Cette somme a été versée par le programme de l’Union européenne Horizon 2020 pour la participation de la société aux consortiums public-privé CATCO2NVERS, CO2SMOS et VIVALDI. Le financement sera versé en quatre tranches sur une période de quatre ans. Ces projets visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de l’industrie chimique en développant des technologies basées sur des processus électrochimiques, enzymatiques et thermochimiques. La technologie Volta – mise au point par Avantium – a été utilisée dans ces projets. Il s’agit d’une plateforme électrocatalytique permettant la conversion du CO2 en building blocks et en produits chimiques de grandes valeurs, tels que l’acide formique, l’acide glyoxylique et l’acide glycolique, ou encore des carburants. « Nous sommes satisfaits du soutien de l’Union européenne pour le développement de procédés électrochimiques et de polymères à base de CO2. Les trois programmes de subventions constituent une étape importante vers la commercialisation d’ingrédients et de matériaux négatifs en carbone », a commenté Erica Ording, chef de l’équipe Volta d’Avantium. La société avait déjà perçu 7,5 M€ du programme néerlandais Groningen en décembre 2020.

Avantium travaille également sur le développement de polymères à base de CO2, en employant sa technologie Volta, comme alternatives à des matériaux fabriqués traditionnellement à partir de matières premières fossiles. Cette plateforme permet notamment d’utiliser le CO2 comme nouvelle source de carbone dans l’industrie chimique, mais elle permet également de limiter les rejets de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. En outre, Avantium travaille à la mise à l’échelle de sa technologie Volta dans des unités pré-pilotes qui seront démontrées sur des sites industriels dès 2021.

Partager cet article avec :