Polyamides 11 : Arkema relève à 450 M€ son investissement en Asie

Partager cet article avec :
Arkema construit une ligne de production de PA 11 en poudres sur son site de Changshu (Chine). – (c)Antoine ICARD

Le chimiste de spécialités français Arkema ne faisait pas mystère de ses ambitions d’augmenter ses capacités de production de polyamides 11 (PA 11 Rilsan) en Asie. Mais au lieu d’investir 300 M€, c’est maintenant une enveloppe globale de 450 M€  que le groupe va consacrer à deux projets distincts. Le premier, annoncé en 2017, porte sur la construction d’une usine à Jurong Island, à Singapour, qui produira le monomère, l’amino 11, et du granulé de polyamide 11, pour un démarrage au premier semestre 2022. Il s’agira de la « plus grande bio-usine intégrée au monde dédiée aux polymères de haute performance », à partir de graines de ricin issues de l’agriculture durable. Elle permettra d’accroître de 50 % les capacités d’Arkema pour ces deux produits. En parallèle, un second projet a été annoncé le 11 octobre 2021. Il donnera naissance à une nouvelle ligne de production PA 11, sous forme de poudre, sur le site de Changshu, en Chine.

Actuellement, Arkema produit l’intégralité de ses poudres de PA 11 à Serquiny (Eure). Des poudres utilisées dans de nombreuses applications : appareils électroménagers durables, transports à haute efficacité énergétique, fabrication additive de pointe (impression 3D) principalement pour les marchés grand public, industriels et de l’aéronautique. « Il y a une demande forte et en croissance dans tous nos marchés clés pour les poudres en Asie, et cette capacité additionnelle nous permettra de servir la région depuis la même région », a déclaré Erwoan Pezron, directeur général adjoint de la division Polymères de haute performance d’Arkema.

Pour ce qui est du monomère l’amino 11, Arkema ne le produisait jusqu’à présent que dans son unité de Marseille, Jurong sera donc la deuxième unité du groupe à en produire. En ce qui concerne le PA 11 granulé, il est déjà produit sur trois autres unités : Serquigny, Birdsboro (États-Unis) et  Changshu (Chine). Jurong sera la quatrième installation.

Une stratégie globale de durabilité 

Cette opération s’inscrit dans une stratégie plus globale d’Arkema. En effet, le groupe souhaite développer des produits biosourcés de haute performance ainsi que l’économie circulaire. C’est notamment dans ce cadre que le groupe a lancé, en 2019, le projet Virtucycle dont l’objectif est le recyclage des polymères de haute performance, tels que le polyamide 11. Dans le cadre de ce projet, Arkema collabore avec la société italienne de régénération des polymères Agiplast en jouant le rôle d’intermédiaires entre le recycleur et les différents clients souhaitant intégrer des plastiques recyclés dans leurs produits. En mai 2021, Arkema a fait l’acquisition de cette entreprise qui réalise un chiffre d’affaires d’environ 15 M€ et qui emploie 32 personnes. Pour garantir la durabilité de ses productions, Arkema a mis en place le programme Pragati, qui consiste à accompagner les producteurs de ricin vers une agriculture durable et renouvelable.

Partager cet article avec :