PHA : Danimer perçoit 400 000 $

Partager cet article avec :
(PRNewsfoto/Danimer Scientific)

La société privée américaine spécialisée dans le développement de produits durables Danimer Scientific a perçu une subvention du United Soybean Board. D’un montant de 400 000 dollars (environ 340 000 €), ce financement permettra à Danimer de poursuivre l’évaluation de l’huile de soja à haute teneur en acide oléique (HOSO) dans l’optique de l’utiliser comme matière première dans la production de polyhydroxyalcanoate (PHA). Ce biopolymère durable peut être utilisé comme alternative biodégradable à certaines résines plastiques traditionnelles. Le PHA produit par Danimer est commercialisé sous le nom de Nodax et fait déjà l’objet de partenariats, notamment avec Genpak et Columbia Packaging Group. « Le HOSO est un produit facilement disponible aux États-Unis, ce qui en fait probablement une matière première viable et rentable dans la production de Nodax », a commenté Phil Van Trump, directeur scientifique et technologique de Danimer.

Une matière première prometteuse

Cette subvention est la poursuite de la collaboration entre Danimer et le United Soybean Board. La première année de ce partenariat avait pour objectif de développer un modèle pratique pour utiliser le HOSO comme matière première nécessaire à la fabrication du Nodax. Cette nouvelle année se concentrera sur l’extension de cette utilisation à un niveau commercial. Le soja à haute teneur en acide oléique, cultivé uniquement aux États-Unis, permet de produire une huile offrant une plus grande fonctionnalité et une durée de conservation améliorée pour les applications dans les industries alimentaires et manufacturières. « Alors que nous continuons à développer la production commerciale de Nodax, le HOSO devrait servir d’outil précieux pour renforcer notre chaîne d’approvisionnement et nos résultats. Les progrès que nous avons réalisés jusqu’à présent n’auraient pas été possibles sans la collaboration d’Omni Tech International, de SmithBucklin et du United Soybean Board et de leurs membres agriculteurs », a conclu Carol Leggett, directrice de la microbiologie chez Danimer.

Partager cet article avec :