Olmix réduit l’accumulation de toxines dans les tissus des poulets

Partager cet article avec :
(c)DR

Le spécialiste breton des solutions algo-sourcées Olmix a partagé le 23 novembre les résultats d’un programme de recherche concernant son produit Algoclay, une combinaison d’argile et d’algues. Démarré en 2019, ce travail avait pour objectif d’analyser l’impact d’Algoclay sur le dépôt des fumonisines dans tissus de poulets de chair. Les fumonisines sont des toxines d’origine naturelle produites par plusieurs espèces de champignons présentes dans les sols. Jusqu’à récemment, ces mycotoxines n’étaient pas considérées comme susceptibles de s’accumuler chez l’animal de par leurs caractéristiques de faible absorption orale et d’élimination rapide dans le plasma. Cependant, il s’avère que les fumonisines pourraient s’accumuler dans les tissus des poulets de chair et des dindes.

Au cours de l’étude réalisée par Olmix, des poulets de chair ont consommé un aliment contaminé avec 20 ppm de fumonisines (niveau recommandé par l’Union européenne) pendant quatre ou neuf jours avant leur abattage (à 21 jours d’âge). Cette étude a permis de mettre en avant le caractère de bioaccumulation des fumonisines au niveau du foie et du muscle pectoral. En parallèle, des poulets de chair ont consommé les mêmes quantités de mycotoxines mais bénéficiaient cette fois de la technologie Algoclay. Résultats ? L’accumulation des toxines est diminuée de 42 % dans le foie, et de 53 % dans le muscle pectoral.

Partager cet article avec :