Micro-algues : Produire de la spiruline dans l’espace

Partager cet article avec :

Et si produire des micro-algues dans l’espace devenait réalité ? C’est ce qu’ambitionne l’Agence spatiale européenne (ESA). Pour ce faire, elle a retenu QinetiQ, entreprise de recherche militaire britannique, associée à la filiale d’ingénierie et de valorisation de la recherche de l’université de Nantes Capacités. Les deux sociétés ont pour objectif de démontrer l’efficacité d’un procédé de culture et de récolte de spiruline en condition zéro gravité. Ce projet se fait dans le cadre du programme MELiSSA (Micro-ecological life support alternative) qui ambitionne depuis 1989 de transformer une station spatiale en écosystème fermé. En effet, approvisionner la station spatiale internationale (ISS) en oxygène, eau et aliments est un processus long et coûteux. L’objectif est donc de recycler le CO2 et les déchets organiques pour les transformer en nourriture, en oxygène et en eau.

La spiruline, micro-algue très intéressante d’un point de vue nutritionnel, produit de l’oxygène et recycle l’eau dans laquelle elle se développe. De plus, elle a une croissance 100 fois plus rapide que celle d’une plante terrestre. Les deux sociétés vont tenter de valider un procédé axénique – en milieu stérile – de culture et de récolte en continu de la micro-algue, dans un photobioréacteur développé par le laboratoire GEPEA. Déjà en octobre 2019, les astronautes de l’ISS avaient réussi à produire de la viande de bœuf par culture cellulaire. Le projet de production de spiruline a démarré dès décembre 2020 et devrait durer plus d’un an.

Partager cet article avec :