MEG et MPG : Pose de la première pierre de la bioraffinerie d’UPM

Partager cet article avec :
UPM veut produire des glycols renouvelables.

Le géant du papier finlandais UPM a démarré la construction de sa bioraffinerie sur le site de Leuna, en Allemagne. Cet investissement de 550 millions d’euros est une étape majeure dans la transformation stratégique du papetier. « Aujourd’hui marque une nouvelle ère pour les activités biomoléculaires d’UPM. La bioraffinerie de Leuna sera le noyau d’une entreprise entièrement nouvelle et à forte croissance, et ouvrira des marchés totalement nouveaux pour UPM avec un grand potentiel de croissance pour l’avenir », a déclaré Jyrki Ovaska, vice-président exécutif de la technologie chez UPM. Cette future unité permettra la fabrication de produits 100 % à base de bois. Ils pourront être utilisés comme alternative aux matériaux issus de ressources fossiles, et sont compatibles avec les processus de production et les infrastructures de recyclages déjà en place. « La prise de conscience du changement climatique a accru la demande des clients pour des alternatives durables aux produits fossiles. UPM s’est engagé à respecter l’ambition des 1,5°C des Nations unies et innove constamment avec des produits plus durables à partir de matières premières renouvelables », a ajouté Jyrki Ovaska.

La future bioraffinerie d’UPM, annoncée en janvier 2020, devrait avoir une capacité de production annuelle de 200 000 tonnes de bio-monoéthylène glycol (BioMEG) et de charges fonctionnelles renouvelables à base de lignine. Elle produira également du bio-monopropylène glycol (BioMPG) et des sucres industriels obtenus à partir de bois de hêtre. Cette unité devrait entrer en fonctionnement d’ici à la fin de l’année 2022.

Partager cet article avec :