Le CBE JU entre en vigueur fin novembre

Partager cet article avec :

Le Conseil de l’Union européenne a adopté le règlement instituant le Circular Bio-based Europe Joint Undertaking (CBE JU). Le CBE JU est un partenariat public-privé entre l’Union européenne et le Biobased Industries Consortium (BIC) qui vient prendre la suite du BBI JU. Le CBE JU sera doté d’un budget de deux milliards d’euros, répartis en deux parts égales entre les partenaires publics et privés, alors que le BBI JU bénéficiait d’une enveloppe de 3,7 Mrds € (1 Mrd € apportés par la Commission européenne, et le reste par des industriels). Ce nouveau programme devrait s’appuyer sur le succès de son prédécesseur tout en intensifiant sa contribution aux objectifs climatique de l’UE, conformément au Green Deal européen. Le CBE JU, annoncé en mars 2021, devrait entrer en vigueur le 30 novembre 2021, pour la période 2021-2027, et reprendra toutes les activités du BBI JU. « Une bioéconomie circulaire et durable est essentielle pour atteindre les objectifs ambitieux du Green Deal de l’UE, pour rendre nos sociétés prospères et pour protéger l’environnement tout en garantissant l’innovation rurale et côtière. Ce nouveau partenariat démontrera le potentiel de la bioindustrie pour verdir la production industrielle de l’UE et contribuera à la reprise de notre économie de manière durable et inclusive », a déclaré John Bell, directeur de Healthy Planet à la direction générale de la recherche et de l’innovation de la Commission européenne. Avant de poursuivre : « Le CBE JU couvrira également l’éducation et les compétences, et impliquera un plus large éventail de parties prenantes, y compris les producteurs primaires, et donnera un rôle accru aux États membres, en se concentrant sur les aspects régionaux ».

Dans la lancée du BBI JU, le CBE JU financera des projets qui construisent des « industries biosourcées » solides, économes en ressources et compétitives en Europe. Pour cela, il combinera le soutien financier d’Horizon Europe, programme de recherche et d’innovation de l’UE, et les contributions du secteur privé.

Partager cet article avec :