Insectes : InnovaFeed reçoit la certification Naturland

Partager cet article avec :
InnovaFeed produit des protéines pour l’alimentation animale à partir de larves de mouches.

Le spécialiste de l’élevage et de l’exploitation d’insectes InnovaFeed a annoncé le 25 mars sa certification Naturland. Celle-ci démontre le potentiel des insectes à accélérer la croissance de l’agriculture biologique, offrant ainsi une nouvelle source d’ingrédients performants et durables. Cette certification pourrait même constituer un fondement pour l’établissement d’un cahier des charges concernant les ingrédients issus des insectes. « Les insectes sont au cœur de tout ce que représente l’agriculture biologique : naturalité, durabilité et renforcement des écosystèmes agricoles locaux. La réintroduction d’insectes dans l’alimentation des porcs, des volailles ou des poissons est basée sur le principe du biomimétisme : les insectes font partie de leur alimentation naturelle. Dans la nature, une truite mange jusqu’à 70% d’insectes ! Le modèle zéro déchet et circulaire de l’élevage d’insectes garantit leur performance et durabilité, pour la croissance des plantes et des animaux », déclare Chloé Phan Van Phi, Directrice Ventes et Marketing chez InnovaFeed.

Un label allemand

Naturland est un label écologique privé allemand qui a été créé six ans avant les normes biologiques européennes. Convaincu par le potentiel des insectes dans l’agriculture biologique, le label a adapté les normes biologiques européennes aux élevages d’insectes. Il a notamment inclus certaines exigences dont : les élevages doivent utilisés principalement des coproduits végétaux et des matières résiduelles issus de la transformation des agro-industries, et ne doivent pas entrer en concurrence avec l’alimentation animale ou humaine ; l’instinct grégaire des insectes les poussant à vivre en haute densité, l’espace requis pour l’animal – concept central dans la plupart des spécifications de l’agriculture biologique concernant l’élevage – ne s’applique pas pour ces espèces ; et l’application de normes très strictes pour garantir le niveau de bien-être le plus élevé possible, tel que défini dans le « Brambell’s Five Freedoms » formulé par le Farm Animal Welfare Council en 2009.

Partager cet article avec :