Global Bioenergies va lancer sa propre marque de maquillage

Partager cet article avec :
GBE se lance dans le maquillage longue tenue.

Inspirée par la stratégie de la société américaine Amyris qui a lancé, en 2016, la marque Biossance pour promouvoir les dérivés de son farnésène, Global Bioenergies veut créer sa propre marque de maquillage. Par ce biais, la société de biotechnologie industrielle française veut réaliser elle-même sa preuve de concept commerciale. « Nous projetons d’apporter notre innovation aux consommateurs au moyen d’une nouvelle marque. Pour mener à bien cet ambitieux projet, nous avons créé une cellule ad hoc inspirée par Romain Desfresnes, un « beauty entrepreneur » reconnu, qui réunit autour de lui des experts dans chacun des métiers de la cosmétique », explique Marc Delcourt, p-dg de Global Bioenergies. Au coeur de cette stratégie, il y a une molécule particulière : l’isododécane. La société est parvenue à en proposer une version à 100 % biosourcée par association de trois molécules d’isobutène biosourcé, qui est la molécule plateforme sur laquelle elle a basé son développement, depuis sa création en 2008. Or l’isododécane est un ingrédient clé du marché de la cosmétique. Il est utilisé pour ses propriétés émollientes dans de très nombreux produits de soin de la peau ou de traitement capillaire. Mais Global Bioenergies s’intéresse davantage à sa présence, en grande proportion, dans tous les produits de maquillage longue tenue, par exemple dans des rouges à lèvres, des fards à paupières ou des mascaras. Il peut représenter jusqu’à 50 % en volume des formules de ces produits. « L’isododécane est l’une des très grandes molécules de la cosmétique. En produisant de l’isododécane renouvelable qualité cosmétique, nous faisons franchir au domaine de la beauté une étape importante dans sa quête de naturalité. Le maquillage longue tenue pourra maintenant atteindre un niveau de naturalité très important, supérieur à 90 %, sans aucun compromis sur les performances », selon Marc Delcourt. Sa société vient tout juste de libérer son premier lot commercial d’isododécane renouvelable de qualité cosmétique, dans le respect de la norme ISO 16128. Cela signifie que les douze carbones contenus dans la molécule sont d’origine naturelle et que les étapes de transformation permettant de passer de l’isobutène à l’isododécane – addition de trois molécules d’isobutène et étape finale d’hydrogénation – sont toutes réalisées selon les principes de la chimie verte.

Produire 300 000 unités de maquillage

Ce premier lot a mobilisé le démonstrateur de production d’isobutène de Global Bioenergies, basé à Leuna, près de Leipzig en Allemagne, et trois sociétés « faisant partie du tissu de chimie de spécialités français ». Il devrait permettre de produire environ 300 000 unités de maquillage sous la future marque de Global Bioenergies. Et c’est une avancée majeure pour ce domaine qui est toujours en quête de plus de naturalité. Jusqu’à présent, l’isododécane proposé sur le marché n’était produit qu’à partir de ressources fossiles. Néanmoins, qui dit nouvelle matière première et nouveau procédé de production dit aussi nouvelles impuretés, même si elles ne sont qu’à l’échelle du PPM. Le profil d’impureté de cet isododécane d’origine naturelle a été scruté lors d’une vaste étude de toxicologie menée par la société en 2020, qui s’est conclue par la validation de cette matière première pour l’utilisation chez l’homme. En lançant sa propre marque, Global Bioenergies pourra apporter la preuve de l’efficacité, de la durabilité et du bien-fondé de son isododécane biosourcé.

Si les communications de la société sur le domaine de la cosmétique se sont intensifiées, ces derniers mois, cela fait plusieurs années qu’elle travaille sur le sujet. Une collaboration avec L’Oréal, financée par l’État français via l’Ademe, avait débuté en 2016. Depuis, L’Oréal est devenu le premier actionnaire de Global Bioenergies, avec une participation actuelle de 15 % dans le capital. Le groupe est aux premières loges pour bénéficier des avancées de Global Bioenergies, mais ne dispose pas d’une exclusivité sur les capacités d’isododécane. Par ailleurs, Global Bioenergies a monté, dès 2019, dans ses locaux du Genopole d’Évry, son propre laboratoire de formulation cosmétique. Cette cellule a d’ores et déjà mis au point des prototypes de produits de maquillage. La production industrielle sera ensuite confiée à des sous-traitants français spécialisés dans ce type de fabrications.

Partager cet article avec :