Global Bioenergies étend sa ligne de financements avec Kepler Cheuvreux

Partager cet article avec :
Global Bioenergies
La recherche de Global Bioenergies est abritée au Genopole d’Evry.

Le groupe de biotechnologies industrielles Global Bioenergies a annoncé la levée de plus de 6,5 millions d’euros. Cette levée de fonds a été possible grâce à l’exercice intégral des 1,5 million de bons de souscription d’actions (BSA) émis dans le cadre de la ligne de financement mise en place avec Kepler Cheuvreux, entreprise d’investissement, le 25 août 2020. « Cette ligne de financement a fonctionné à un rythme plus rapide qu’escompté, bénéficiant de conditions de marché favorables. Elle n’a représenté que 7,5 % des échanges sur la période, et n’a donc pas empêché l’évolution haussière du cours, lequel a plus que doublé depuis le 25 août », a commenté Samuel Dubruque, directeur administratif et financier de Global Bioenergies. Face à ce succès, la société a donc mis en place une seconde tranche en émettant 2,5 millions de nouveaux BSA. Conformément aux termes de l’accord, Kepler Cheuvreux exercera tout ou partie de ces BSA. Si cette nouvelle tranche est intégralement exercée au cours actuel, Global Bioenergies pourrait lever près de 20 M€.

De nouveaux ingrédients comme objectif

Suite au changement de stratégie de la société au mois de septembre 2020, Global Bioenergies poursuit aujourd’hui quatre objectifs principaux. Le groupe souhaite tout d’abord accédé au marché des cosmétiques, notamment avec la commercialisation de premier ingrédient cosmétique, et ainsi générer un chiffre d’affaires dès 2021. L’entreprise prépare une nouvelle trajectoire industrielle pour le déploiement de la production de cet ingrédient, espérant ainsi minimiser les investissements matériels pour les unités de production à venir. Global Bioenergies souhaite également développer d’autres ingrédients dérivés de son isobutène biosourcé, et ainsi jouer un rôle dans le niveau de naturalité de la cosmétique. Enfin, la société poursuit ses efforts de R&D afin de réduire les coûts de production de biokérosène à partir d’isobutène, et ainsi d’en permettre l’exploitation à grande échelle.

Partager cet article avec :