FDCA : Avantium valide le financement de son unité flagship

Partager cet article avec :
Des bouteilles en PEF à 100% biosourcé, utilisant la technologie YXY d’Avantium.

Le spécialiste néerlandais de la chimie renouvelable Avantium a indiqué avoir reçu une réponse positive concernant la décision finale d’investissement (FID) en vue de la construction d’une unité flagship d’acide furandicaboxylique (FDCA). Cette FID constitue une étape supplémentaire dans l’industrialisation du procédé d’Avantium, comme le souligne Tom Aken, directeur général d’Avantium : « En remplissant les conditions clés relatives à la construction de notre usine phare FDCA, nous avons atteint un point charnière dans notre voyage vers la commercialisation de la prochaine génération de plastique végétal PEF ». Pour rappel, le polyéthylène furanoate (PEF), obtenu à partir de FDCA, est une alternative 100 % biosourcée au polyéthylène téréphatalate (PET) qui trouve des applications notamment dans l’emballage.

Tous les feux sont au vert pour déployer l’unité flagship

L’entreprise a rempli les trois conditions clés pour la validation de son projet, à savoir la sécurisation du financement, la finalisation de l’ingénierie et de la chaîne d’approvisionnement, et l’obtention d’un nombre suffisant de lettres d’intention d’achat.

Concernant le financement, Avantium s’est engagé dans un prêt sur trois ans de 90 millions d’euros auprès de quatre banques. En outre, le groupe avait déjà reçu un financement de la BBI JU de 25 M€ en 2019 pour la construction de cette usine phare.

Sur l’ingénierie et la chaîne d’approvisionnement, le groupe néerlandais a signé un contrat remboursable de management de projet pour la construction de l’usine flagship et obtenu le permis environnemental. L’installation d’une capacité de 5 000 tonnes devrait être mise en service en 2024.

En ce qui concerne la supply chain, Avantium s’est engagé sur plusieurs années avec le groupe Selenis pour des prestations de polymérisation de FDCA, et avec Tereos pour l’approvisionnement en sirop de fructose. Enfin, sur les lettres d’intention d’achat, la société néerlandaise a d’ores et déjà signé des pré-contrats de commercialisation de composés avec plusieurs sociétés parmi lesquelles Toyobo (Japon), Terphane (Etats-Unis), Refresco (Pays-Bas) ou encore Resilux (Belgique).

Partager cet article avec :