DSM lance un granulé biosourcé pour l’impression 3D

Partager cet article avec :
DSM
Capot moteur en polyamide EcoPaXX Q-HGM24 de DSM.

Le chimiste néerlandais Royal DSM a lancé un matériau haute performance pour la fabrication de granulés pour l’impression 3D, l’EcoPaXX AM4001 GF. Il s’agit d’une version optimisée de l’EcoPaXX, un polyamide 4,10 contenant 70 % de matière biosourcée dérivée de l’huile de ricin lancé en 2009.  Ce matériau est adapté pour des pièces entrant dans la fabrication d’automobiles. La fabrication additive présente de nombreux avantages pour la conception de pièces automobiles : elle facilite les changements de géométrie ou de structure interne, et raccourcit le temps de production en éliminant des étapes durant le process. En remplacement des métaux par ce type de matériaux, les constructeurs automobiles peuvent atteindre deux objectifs de durabilité : réduire les émissions en construisant des voitures plus légères et diminuer leur empreinte carbone au cours du procédé de fabrication. « EcoPaXX AM4001 GF est le premier matériau d’impression 3D basé sur le matériau d’ingénierie biologique établi de DSM, EcoPaXX, utilisé dans la fabrication traditionnelle pour des applications industrielles. Combinant la technologie exclusive de DSM et la puissance des éléments de base de la nature dérivés du ricin, le matériau est idéal pour l’impression de pièces structurelles automobiles, combinant des performances mécaniques avec une large plage de températures », a déclaré Geoff Gardner, directeur des innovations en fabrication additive chez DSM. Cette société, fondée en 1902, emploie près de 23 000 personnes et réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ dix milliards d’euros.

Partager cet article avec :