Biocomposites : Un bateau en fibre de lin

Partager cet article avec :
Roland Jourdain développe des matériaux pour rendre le nautisme plus responsable.

Après le domaine de l’automobile, les biocomposites s’invitent dans le monde du nautisme. Le navigateur Roland Jourdain, fondateur de la société Kaïros qui cumule une activité de course au large et un pôle de développement de matériaux, a pour ambition de construire un catamaran (bateau possédant deux coques, ndlr) en utilisant de la fibre de lin. Le navigateur n’en est pas à son coup d’essais avec ce futur multicoque de 18,28 mètres de long. En effet, en 2013, il avait construit un trimaran de 7 m (bateau à trois coques, ndlr) en fibre de lin. Rien de bien étonnant quand on sait que la société suisse BComp a développé la technologie powerRibs, une grille de renfort en fibres de lin permettant de consolider les carrosseries en fibre de carbone des voitures de courses.

« La fibre de lin présente beaucoup d’avantages. Elle est produite en circuit court, a des propriétés proches de celles de la fibre de verre et est beaucoup moins énergivore à produire », a expliqué Roland Jourdain. Ce bateau sera dans un premier temps testé avec un équipement minimum. Une fois ses capacités marines validées, il permettra d’embarquer les explorateurs de la fondation Explore – fonds de dotation créé par Roland Jourdain et Sophie Vercelletto pour soutenir des projets d’exploration à visée environnementale et sociétale – qui effectueront des missions de recherches, d’innovations et de sensibilisation. La construction du navire débutera en septembre 2021 à La Grande-Motte (Hérault) au sein du chantier Outremer et sera mis à l’eau à l’été 2022. « Notre ambition est que ces nouvelles technologies arrivent un jour sur tous les bateaux et permettent d’avoir un impact positif sur notre empreinte carbone », a commenté Xavier Desmaret, président d’Outremer.

Partager cet article avec :