Biocarburants : L’huile de soja exclue de la liste des matières premières durables ?

Partager cet article avec :
L’huile de soja pourrait remplacer l’huile de palme pour la fabrication de biocarburants.

La France a voté le 19 octobre 2020, en première lecture, une disposition dans le projet de loi de finances 2021 visant à exclure l’huile de soja de la liste des matières premières durables : « Ne sont pas considérées comme des biocarburants les produits à base d’huile de soja et d’huile de palme, incluant les PFAD ». En effet, les PFAD – résidus du raffinage de l’huile de palme – étaient jusqu’à présent considérés comme des résidus, entrant ainsi dans la catégorie des huiles résiduelles. Avec cet amendement, la France prend une nouvelle fois la décision la plus sévère au niveau européen. « Cet amendement vise à exclure l’huile de soja des incitations fiscales concernant les carburants. Il vise également à clarifier le statut des PFAD, l’un des principaux produits à base d’huile de palme et dont les impacts en matière de déforestation ont été reconnus par la stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée », explique les députés du parti La France Insoumise ayant proposé cette disposition.

Essor des biocarburants issus d’huile de soja en Europe

L’utilisation de l’huile de soja comme matière première pour la production de biocarburants ne cesse d’augmenter ces dernières années. Rien qu’en France, son utilisation a quintuplé entre 2014 et 2019. Et ce phénomène risque de s’amplifier dans le futur. Selon une récente étude de l’ONG Transport & Environnement, « la demande européenne en biocarburants issus d’huile de soja pourrait quadrupler dans les prochaines années, et ainsi accélérer la déforestation en Amérique du Sud ». Pourquoi ? Tout simplement car l’Europe a exclu en 2019 l’huile de palme de la liste des matières premières durables pour la production de biocarburants avancés, les rendant inéligibles à la taxe incitative à l’incorporation de biocarburants (TIRIB). Autrement dit, ils ne bénéficient plus d’avantages fiscaux. Ce qui a eu pour effet de transférer la demande ver d’autres huiles végétales. L’huile de soja, quant à elle, figure sur cette liste, et est, de plus, l’huile la moins chère après l’huile de palme.

Partager cet article avec :