Biocarburants : BioTfuel entre dans sa phase d’industrialisation

Partager cet article avec :
Pilote de torréfaction BioTfuel @Alexis Cheziere

Bionext, chef de file du projet, et ses partenaires ont fait part du succès du programme de tests sur les unités de démonstration BioTfuel. Cette phase de tests a permis de valider, mettre au point et optimiser la chaine de procédés à échelle semi-industrielle sur quatre types de biomasses pour la production de bio-kérosène. La validation de cette phase permet aux partenaires de travailler d’ores et déjà à l’industrialisation de la technologie BioTfuel dans l’objectif d’une mise sur le marché dès le début de l’année 2022. « Sur la base de ces avancées très prometteuses, plusieurs entreprises dans le monde ont déjà montré un intérêt pour des applications industrielles. Le consortium travaille sur des études préliminaires de futures installations industrielles, à partir de biomasses locales. La première unité industrielle sera la prochaine étape clé pour positionner la technologie BioTFuel comme la voie de référence pour les biocarburants à très faible empreinte carbone », a expliqué Laurent Bournay, directeur général de Bionext.

Le projet BioTfuel, lancé en 2010, a permis une première production à l’échelle du pilote en avril 2021. Cette technologie, dont les démonstrateurs sont situés à Venette (Oise) pour la torréfaction et à Dunkerque (Nord) pour le gaz de synthèse et la synthèse Fischer-Tropsch. Le procédé repose sur quatre étapes clés : la torréfaction de la biomasse, la gazéification, le traitement et la purification du gaz de synthèse produit, et sa conversion en biocarburants avancés par synthèse Fischer-Tropsch. BioTfuel permet de traiter un large spectre de biomasses lignocellulosiques qui n’entrent pas en concurrence avec l’alimentation. Cette technologie permet également la production de bionaphta, une charge renouvelable pour l’industrie chimique.

Partager cet article avec :