Biocarburant 2G : Cargill construit sa première unité

Partager cet article avec :

Le spécialiste américain des ingrédients alimentaires Cargill a annoncé la construction d’une usine de biodiesel de deuxième génération (2G). Cette unité, représentant un investissement de 150 millions de dollars, sera installée sur le site intégré du groupe à Gand (Belgique). Cette annonce s’inscrit dans la stratégie de Cargill de se développer dans les biocarburants, à l’image de son récent partenariat avec Virent étudiant le potentiel du dextrose de maïs. « La nouvelle usine de Cargill à Gand deviendra la première en Europe à pouvoir traiter toutes sortes de matières premières, notamment les corps gras issus du raffinage d’huiles végétales, les résidus liquides issus des processus industriels, et même les graisses récupérées des boues d’épuration à l’échelon local des municipalités », a déclaré Roger Janson, directeur de Cargill Argricultural Supply Chain pour la région EMEA.

Cette future unité exploitera la technologie mise au point par BDI-BioEnergy International permettant de transformer toutes sortes d’huiles et graisses usagées liquides. L’usine, dont la mise en service est prévue en juin 2022, aura une capacité de production annuelle de 115 000 tonnes de biodiesel. « Dans certains secteurs, comme le transport, cette technologie de traitement des déchets est indispensable pour développer des mélanges à teneur élevée en biocarburants destinés aux flottes poids lourds ou au transport maritime, tout en garantissant une empreinte carbone fortement diminuée », a commenté Alexis Cazin, directeur général de Cargill Biodiesel. De plus, le futur site créera environ 20 emplois directs et 60 emplois indirects dans la région de Gand.

Partager cet article avec :