Valorisation du CO2 : Photanol et AkzoNobel construisent un démonstrateur aux Pays-Bas

Partager cet article avec :
Le technologie co-développée par AkzoNobel et Photanol s’appuie sur une cyanobactérie capable de convertir le CO2 en produits chimiques d’intérêt à l’aide de lumière.

Le spécialiste néerlandais des cleantech Photanol et le géant mondial des peintures AkzoNobel ont annoncé la construction d’une unité de démonstration CO2-to-Chemicals à Delfzil (Pays-Bas). Cette installation, qui se présente sous la forme d’un photobioréacteur, devrait être opérationnelle à l’horizon 2020. Il s’agit de l’aboutissement d’une collaboration de plusieurs années entre les deux partenaires. En effet, depuis 2014, Photanol et AkzoNobel ont travaillé sur cette innovation s’appuyant une cyanobactérie capable de mimer la photosynthèse dans le but de produire des composés chimiques à partir de gaz carbonique. Ces buildings peuvent notamment servir à la production de plastiques biodégradables, de produits d’hygiène personnelle, ou d’intermédiaires chimiques.

AkzoNobel, un acteur actif sur la chimie renouvelable

Ce projet s’inscrit dans la stratégie du spécialiste des peintures AkzoNobel, qui cherche à développer davantage de molécules chimiques issues de ressources renouvelables. En ce sens, le groupe se montre très actif dans les collaborations en R&D. Par exemple, il contribue à un projet en compagnie d’Air Liquide, Enerkem et le Port de Rotterdam pour développer une usine de Waste-to-Chemicals. En 2017, il a également noué un partenariat avec Itaconix pour mettre au point des chélates biosourcées à destination de la détergence industrielle, ainsi que pour industrialiser des polymères pour le coating et la construction. Enfin, AkzoNobel a collaboré avec l’Italien Bio-on initiée dans le cadre du projet Seafront, visant à la mise en point des revêtements anti-fouling basés sur des polymères biodégradables et biosourcés. Lors de clôture du projet, les résultats prometteurs obtenus ont incité les deux partenaires à poursuivre leur collaboration.

Pour plus d’interviews, d’analyses, d’informations… pensez à vous abonner au magazine Formule Verte

 

Partager cet article avec :