Valorisation du CO2 : le potentiel des algues

Partager cet article avec :
Fermentalg et Suez inventent des puits de carbone pour les villes.

Un rapport récent du Centre de solutions pour l’énergie et le climat (C2ES) a mis en évidence le fort potentiel des algues à utiliser les émissions de carbone comme matière première. Le rapport « Carbon Utilization-A vital and effective pathway for decarbonisation », publié en août dernier par le C2ES, examine les solutions de capture du CO2 et son utilisation dans différentes applications, telles que les matériaux de construction, les carburants, les plastiques ou encore l’énergie, comme le démontre les puits de carbone de la société Fermentalg. Selon les résultats de cette étude, les algues offrent des solutions prometteuses à court terme ainsi que des applications qui devront se développer sur le long terme.

Un marché en plein essor

Le C2ES estime que d’ici à 2025 le marché des produits issus des algues sera d’environ 14 Mrds $, mais qu’il devrait augmenter considérablement, atteignant les 320 Mrd $ d’ici à 2030. En effet, les algues offrent de nombreuses perspectives : alimentation animale, production d’oméga-3, bioplastiques, fertilisants, biocarburants, etc. Les algues représentent ainsi un potentiel de capture de 3 Mrds de tonnes de CO2. De plus, leur production ne nécessite pas de flux de gaz purifié : les algues peuvent être alimentées directement par les gaz, certains produits de combustion comme les oxydes d’azote et de soufre étant souvent utilisés comme éléments nutritifs.

Partager cet article avec :