Valorisation du bois : Metsä veut investir 2 Mrds € pour sa production

Partager cet article avec :
Le site de Metsä à Husum en Suède. (c)Metsä

Le papetier finlandais Metsä envisage de renforcer ses capacités industrielles par le biais d’un investissement total qui pourrait atteindre deux milliards d’euros. Visant à orienter le groupe vers une production dépourvue de ressources fossiles, cet investissement potentiel se scinde en trois projets distincts. La décision finale pour la réalisation de ces projets doit intervenir en 2020.

D’une part, le groupe finlandais souhaite investir 300 M€ pour optimiser son usine suédoise d’Husum exploitée par Metsä Board. Ce projet comprend le remplacement d’une chaudière de récupération et d’une turbine pour la production d’énergie. Cela permettrait de porter à plus de 80 % l’autosuffisance en électricité du site et de réduire la consommation de pétrole 5 000 t/an. Si cet investissement venait à aboutir, la production de pâte à papier de l’usine pourrait être accrue à 750 000 tonnes par an.

Deux investissements majeurs pour Metsä Fibre

Le groupe papetier étudie la possibilité d’un projet de construction d’une usine de production à Kemi en Finlande pour sa filiale Metsä Fibre. Cet investissement de 1,5 Mrd € inclut une installation de production de pâte à papier de 1,5 Mt/an, à laquelle s’ajoute une unité de fabrication de bioproduits de 0,6 Mt/an. Cette ligne de bioproduits fonctionnerait en lien étroit, en valorisant les coproduits provenant de l’usine de papiers krafts blanchis (white kraftliners) de Metsä Board à Kemi.

Enfin, toujours pour Metsä Fibre, le groupe envisage la construction d’une scierie d’une capacité de 750 000 m3/an à Rauma en Finlande. D’une investissement de 200 M€, cette installation dernier cri servirait à alimenter le site de production de pâte à papier que Metsä exploite à proximité.

L’annonce de ces projets intervient alors que Metsä a mis en service en 2017 son usine de pâte à papier à Äänekoski en Finlande. Plus récemment, il s’est associé en novembre 2018 au groupe japonais Itochu via une coentreprise pour la production de fibres textiles à base de bois.

 

 

Partager cet article avec :