Total Corbion PLA va construire une unité de PLA en France

Partager cet article avec :
La raffinerie de Grandpuits de Total.

Total Corbion PLA, la coentreprise 50/50 entre le Français Total et le Néerlendais Corbion, va construire sa deuxième usine de bioplastique PLA sur le site de la raffinerie de Grandpuits de Total, en Seine-et-Marne. D’une capacité de production de 100 000 t/an, cette deuxième unité, dont la mise en service est prévue en 2024, permettra à Total Corbion PLA de devenir le premier producteur mondial de PLA, devant NatureWorks, longtemps resté le seul producteur mondial. Sa première unité, basée Rayong en Thaïlande, avait été mise en service en 2018, avec une capacité de 75 000 t/an.

Une plateforme « zéro pétrole »

Cet investissement s’inscrit dans le cadre d’une reconversion complète de la raffinerie de Grandpuits en plateforme « zéro pétrole », d’ici à 2024. Pour cela, Total va investir plus de 500 millions d’euros sur les quatre prochaines années sur ce site, en commençant par arrêter de raffiner du brut au premier trimestre 2021, puis de stocker des produits pétroliers fin 2023. En contrepartie, il prévoit d’installer sur la plateforme quatre nouvelles activités : la production de bioplastiques PLA, la production de biocarburants, le recyclage chimique de déchets plastiques par pyrolyse et l’exploitation de deux centrales solaires photovoltaïques.

Pour ce qui est de la production de biocarburants, le site se consacrera en premier lieu à la production de jetfuel à hauteur de 170 000 tonnes/an d’ici à 2024. En complément, il produira conjointement 120 000 t/an de biocarburants routiers et 50 000 t/an de bionaphta utilisé pour produire des bioplastiques. Cette unité sera alimentée majoritairement par des graisses animales en provenance d’Europe, des huiles de cuisson usagées et des huiles végétales de type colza. Par contre, Grandpuits ne traitera pas d’huile de palme, assure Total qui privilégiera l’approvisionnement local pour ne pas retomber dans la polémique qui a entouré le démarrage de l’usine de La Mède (13).

Partager cet article avec :