Sucre : Cristal Union va réduire la voilure en France

Partager cet article avec :
CristalUnion
Cristal Union commercialise son sucre sous la marque Daddy. (c)Cristal Union

La coopérative Cristal Union a présenté le 17 avril un vaste projet de restructuration de sites en France lors d’une réunion du Comité Central d’entreprise. Dans ce cadre, le n°2 français du sucre, envisage d’ici à fin 2020 de fermer ses sucreries de Toury (Eure-et-Loir) et de Bourdon (Puy-de-Dôme) et de réduire de moitié l’activité de conditionnement de son site alsacien d’Erstein. Une restructuration d’activité qui concernerait un total de 300 collaborateurs. Pour expliquer sa décision, le groupe sucrier français indique dans un communiqué « qu’en dépit des mesures concrètes déjà prises par Cristal Union, comprenant entre autres la fin du système de prix de betteraves garantis et la réduction des investissements, le Groupe présente des résultats négatifs pour l’exercice ». En proie à la volatilité des cours du sucre depuis la fin des quotas européens en 2017, Cristal Union a enregistré une perte de 99 millions d’euros sur son exercice annuel clos le 31 janvier dernier. Un résultat dû notamment une mauvaise récolte de betteraves, et à la faiblesse des cours du sucre due à la surproduction mondiale (Thaïlande, Inde, et Brésil notamment). Commentant ce projet de restructuration, la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB), regrette « que la coopérative ait été conduite à prendre, dès la première crise post quota, une décision qui ampute le potentiel français de production de sucre ». De son côté, Cristal Union souligne qu’il « s’engage à présent dans un processus de recherche de repreneurs et de solutions alternatives à la fermeture de ces sites ».

Cristal Union, acteur de la chimie verte

La coopérative agricole contribue depuis longtemps au développement de la chimie renouvelable. Par exemple, il avait initié en 2015 avec le groupe italien Bio-on un projet de construction d’une unité de polyhydroxyalcanoate (PHA). Il devait être implanté sur l’un des sites du groupe sucrier entre Bazancourt-Pomacle dans la Marne, d’Arcis-sur-Aube dans l’Aube ou Toury dans l’Eure-et-Loir. En outre, la coopérative héberge le pilote de bioraffinerie du spécialiste de la production d’acides carboxyliques par voie fermentaire Afyren depuis 2017. Enfin, l’agroindustriel a uni ses forces avec Global Bioenergies pour bâtir une usine de production d’isobutène renouvelable, dont la mise en service est initialement prévue pour 2019.

 

Partager cet article avec :