Shell dans un consortium pour convertir des déchets en méthanol à Botlek

Partager cet article avec :
Vue du site de Rotterdam.

Le consortium formé d’Air Liquide, de Nouryon (anciennement AkzoNobel Specialty Chemicals), d’Enerkem et du Port de Rotterdam (Pays-Bas) vient d’accueillir le groupe Shell pour mener à bien son projet de conversion de déchets solides non recyclables (dont des plastiques et autres déchets mixtes) en biométhanol.

Le projet prévoit la construction d’une unité à Botlek dans le Port de Rotterdam, selon le procédé mis au point par Enerkem. D’une capacité de traitement de 360 000 tonnes de déchets (en provenance de 700 000 foyers) en 220 000 tonnes (270 millions de litres) de biométhanol, ce projet représente deux fois la capacité de l’usine commerciale d’Enerkem déjà installée à Edmonton (Canada). Air Liquide fournirait l’oxygène nécessaire et, en collaboration avec Nouryon, de l’hydrogène. L’objectif est que le méthanol durable produit soit ensuite acheté par Nouryon et Shell.

Une réduction d’émissions de CO2 d’environ 300 000 t/an
Le consortium a déjà mené des travaux préparatoires couvrant l’ingénierie détaillée et le processus d’obtention de permis pour ce projet qui permettrait une réduction d’émissions de CO2 d’environ 300 000 t/an. Une décision définitive relative à cet investissement sera prise en 2019.

« Nous sommes heureux que Shell se joigne à notre groupe de partenaires », a déclaré Marco Waas, président du projet et directeur, R&D et Innovation de Nouryon. « La directive sur les énergies renouvelables (DER II) de la Commission européenne entre en vigueur en 2021, ainsi que d’autres initiatives environnementales comme le modèle d’économie circulaire, et crée un environnement idéal permettant aux entreprises de premier plan de stimuler une croissance durable grâce à l’innovation. L’ajout d’un autre partenaire de calibre mondial renforcera notre position. »

 

Partager cet article avec :