Résultats positifs au premier semestre 2019 de Fermentalg

Partager cet article avec :
Fermentalg et Suez inventent des puits de carbone pour les villes.

Le spécialiste libournais des biotechnologies industrielles à base de microalgues, Fermentalg, a publié son bilan financier pour le premier semestre 2019. Ces 6 mois ont été marqués par plusieurs points : l’accélération des ventes de son produit phare, le DHA Origins 550 ; les discussions de partenariat autour de la plateforme dédiée aux protéines alternatives et aux couleurs alimentaires naturelles ; la mise en service d’un nouveau prototype de puits de carbone ; et une consommation de cash réduite par rapport aux semestres précédents.

Un chiffre d’affaires en augmentation

Le chiffre d’affaires de Fermentalg pour le premier semestre 2019 est de 340 K€, les ventes de DHA origins 550, l’oméga 3 algal premium de la société mis sur le marché il y a tout juste un an, représentent 338 K€. Au premier semestre 2018, les ventes de ce produit ne représentaient que 7 K€, et 135 K€ à la fin du second semestre 2018. La société espère atteindre le million d’euros de chiffre d’affaires à la fin 2019 : les commandes fermes au 30 juin 2019 s’élevaient à plus de 600 K€. En ce qui concerne la trésorerie brute, elle ressortait le 30 juin 2019 à 9,6 millions d’euros, contre 9,5 millions d’euros à la fin du premier trimestre 2019, et 12,5 millions d’euros à fin 2018. Ce niveau de trésorerie intègre le Crédit Impôts Recherche 2017 (1,2 M€), encaissé au deuxième trimestre 2019, ainsi qu’une aide publique de 2,6 M€ obtenue après le franchissement d’un jalon important dans le cadre d’un programme de recherche collaboratif.

Des projets prometteurs

La société libournaise poursuit l’étude de la phase d’industrialisation de son projet de protéines alternatives et de colorants alimentaires. Afin de minimiser les investissements liés au scale-up industriel et d’accélérer la mise sur le marché de ses produits, la société envisage de faire appel à des plateformes de biotechnologies déjà existantes. L’objectif étant d’être en capacité de fournir à leurs clients les premiers échantillons commerciaux d’ici à 2020.

Inauguré le 20 mars 2019, le nouveau prototype de puits de carbone de l’unité de valorisation énergétique Valo’Marne permettra de tester la capacité du dispositif à capter et fixer le CO2 généré par l’usine d’incinération de Créteil. La biomasse issue de ce dispositif pourra être valorisée en énergie verte pour alimenter, par exemple, le réseau de gaz urbain.

Partager cet article avec :