Recyclage : BASF valorise les déchets plastiques en matières premières

Partager cet article avec :
BASF siège
Le groupe BASF investit massivement dans la chimie biosourcée.

Le leader allemand et mondial de la chimie BASF a annoncé la fabrication pour la première fois de produits issus du recyclage chimique de déchets plastiques. S’inscrivant dans le cadre du projet ChemCycling du groupe, cette avancée a permis au groupe de transformer via des procédés de thermochimie ces matières en gaz de synthèse et en huile, permettant ainsi de substituer en partie des matières premières issues de ressources fossiles. « Avec notre projet ChemCycling, nous utilisons les déchets plastiques comme des ressources, profitant ainsi à l’environnement, à la société et à l’économie. Nous avons mis en place des partenariats tout au long de la chaîne de valeur afin de bâtir un modèle circulaire opérationnel », explique Martin Brudermüller, président du Board et directeur de la technologie chez BASF.

Des matières premières recyclées équivalentes à celles issues de ressources fossiles

A partir de ses matières ChemCycling, le groupe BASF a déjà développé des produits pilotes comme des emballages de mozzarella, des composants de réfrigérateurs et des panneaux isolants. « Ce nouveau mode de recyclage offre des opportunités de développement d’un modèle économique innovant, profitable à tous, à nous mais aussi à nos clients, qui privilégient déjà les produits et emballages issus de matériaux recyclés, mais ne veulent ou ne peuvent faire aucun compromis sur la qualité », indique Stefan Gräter, chef de projet ChemCycling chez BASF. Avec ChemCycling, BASF pose de nouveaux jalons en matière de traitement responsable des ressources et confirme son engagement à répondre concrètement aux défis d’aujourd’hui tout en aidant ses clients à atteindre leurs objectifs.

Répondre aux exigences techniques et réglementaires

Avec ces développement, le groupe BASF ambitionne prochainement mettre sur le marché ses premiers produits issus du recyclage chimique de déchets plastiques. Mais pour ce faire, il reste un certain nombre d’obstacles à franchir. Le chimiste indique notamment que « les technologies de transformation des déchets plastiques en huile de pyrolyse ou gaz de synthèse recyclé(e) existantes devront être perfectionnées et adaptées, de manière à garantir une qualité élevée et constante ». Pour cela, BASF veut considérer le recyclage chimique comme un outil de traitement et de gestion de déchets, au même titre que les autres technologies actuellement disponibles. « Il est nécessaire de développer toute une gamme d’options de recyclage des déchets plastiques car il n’existe actuellement aucune solution universelle, applicable à tout déchet et tout produit. La solution choisie devrait toujours être celle offrant le meilleur écobilan » explique Andreas Kicherer, expert en développement durable chez BASF. Dans le même esprit que sa démarche Biomass Balance, le groupe estime qu’il est impératif de quantifier la part de matière recyclée attribuée au produit final. Et de démontrer que ce bilan massique contribue à l’atteinte des quotas de matière recyclée fixés pour un produit ou une application.

 

Partager cet article avec :