Protéines : Résultats préliminaires de l’ACV pour la protéine d’Arbiom

Partager cet article avec :
Poudre de Sylpro.

La société spécialisée dans la conversion de biomasse par voie biotechnologique Arbiom a publié le 20 février les premiers résultats de l’analyse de cycle de vie (ACV) de sa protéine alternative SylPro, issue du projet SylFeed. Après les premières évaluations de ses effets sur la croissance des saumons, ce sont ses effets sur le changement climatique qui ont été testés. C’est la société de conseil norvégienne Ostfoldforskning, spécialisée dans l’évaluation des performances environnementales des matériaux, carburants et aliments pour animaux qui a réalisé cette ACV. Résultats : comparé aux autres sources de protéines, telles que la farine de poissons et le concentré de protéines de soja, SylPro possède le plus faible impact sur le changement climatique. Ce résultat confirme la viabilité de cet ingrédient en tant que « solution durable à la pénurie mondiale de protéines qui se profile ».

SylPro considéré comme une solution durable

« Dès le début, notre objectif était de développer un ingrédient protéique non seulement nutritionnel, économique et traçable, mais surtout, durable », a déclaré Marc Chevrel, p-dg d’Arbiom. Même si cet ingrédient est produit grâce à une technologie de fractionnement de la lignocellulose et de fermentation, il est nécessaire d’analyser l’impact environnemental de chaque opération unitaire du processus de fabrication. De l’approvisionnement en bois provenant des forêts au transport du produit pour son utilisation finale en aquaculture, toutes les étapes ont été analysées. « Nous avons évalué SylPro par rapport à d’autres sources de protéines dans plusieurs catégories d’impact environnemental, y compris son impact sur le changement climatique », a commenté Andreas Brekke, responsable de la recherche scientifique à Ostfoldforskning. Avant d’ajouter : « Bien que les résultats soient préliminaires, les données montrent jusqu’à présent des signes positifs pour soutenir SylPro comme solution durable à l’approvisionnement en protéines ».

Partager cet article avec :