Produits amidonniers : l’Usipa prêt à répondre aux attentes

Partager cet article avec :

L’Union des syndicats des industries des produits amylacés et de leurs dérivés (Usipa) a tenu une assemblée générale le 26 septembre. Ayant accueilli plus d’une centaine de participants, cet événement a constitué l’occasion pour les intervenants de faire un bilan des actions de la filière amidonnière et des réponses qu’elle peut apporter pour répondre aux enjeux futurs. « Trouver l’équilibre entre la nécessaire compétitivité de nos entreprises, le maintien de filières agricoles résilientes et créatrices de valeur, et les réponses aux attentes sociétales : voilà notre challenge ! », affirme Yves Belegaud, président de l’Usipa.

Réduire l’impact environnemental

Lors de cette assemblée, l’Usipa a insisté sur les efforts consentis par la filière pour diminuer son empreinte environnementale. Ainsi, elle a réduit de 20 % ses émissions de CO2 par tonne produite sur les 13 dernières années, notamment avec le recours aux procédés de cogénération haut rendement. En outre, les amidonniers ont évoqué la logique du zéro déchet dans laquelle ils se sont inscrits, et leur volonté de s’affranchir de traitement insecticide sur les matières premières stockées sur site.

Perpétuer la compétitivité

L’Usipa a souligné que l’amidonnerie française ne pourra continuer d’être performante économiquement qu’en préservant sa compétitivité. Pour ce faire, il est indispensable selon elle de garantir l’accès à une matière première disponible, durable et un transport logistique intermodale de qualité. Dans le détail, la filière, qui génère 16 000 emplois (directs et indirects) transforme chaque année plus de six millions de tonnes de matières premières issues de 15 000 exploitations agricoles en France. « La production amidonnière française est la première en Europe, elle est exportée à 75 % : c’est un pôle d’excellence mondial », souligne Yves Belegaud. En outre, la filière doit compter sur l’innovation pour gagner des marchés, notamment en répondant à de nouvelles demandes, comme celle des protéines végétales. Marché sur lequel la France s’est fixé comme objectif de devenir un leader mondial. Ce qui a notamment conduit à la création du consortium Protéines France. Selon une étude menée par le cabinet Xerfi, le marché des protéines végétales devrait fortement se développer d’ici à 2020.

Sensibiliser les consommateurs

Enfin, l’ensemble des acteurs de la filière est conscient de la nécessité d’un travail important de pédagogie en direction des consommateurs sur la diversité et les usages des produits amidonniers. Un travail qui n’est possible qu’en mutualisant les efforts entre producteurs, transformateurs et distributeurs. « Voilà pourquoi nous avons créé “L’amidon en Fête“, un nouvel évènement en partenariat avec les artisans boulangers-pâtissiers parisiens, à destination des étudiants, des professionnels de santé et de tous les utilisateurs de nos produits. Il place nos ingrédients au cœur des échanges à l’occasion d’une journée dédiée, à Paris comme en région où il sera relayé chez nos adhérents », explique Yves Belegaud.

Partager cet article avec :