Polymères biosourcés : Novamont inaugure un site en Italie

Partager cet article avec :
L’usine d production de Novamont à Patrica. Crédit: Dinhill On

Le groupe Novamont a officiellement mis en service le 19 octobre son usine de production à Patrica en Italie. Exploité par la filiale Mater Bipolymer, cette installation occupant 74 000 m2 sur un terrain de 140 000 m2 est dédiée à la production de jusqu’à 100 000 t/an de biopolyester Origo-Bi. Ce polymère est fabriqué à partir d’acide azélaïque issu d’huile de chardon et de 1,4 butanediol (BDO) pouvant provenir de sucre. Le polyester Origo-Bi, en association à de l’amidon, permet de produire le polymère biosourcé et biodégradable Mater-Bi de Novamont. En outre, l’usine permettra également de produire du tétrahydrofurane (THF) obtenu à partir de la purification des effluents liquides issus de la production d’Origo-Bi. Habituellement issu de ressources fossiles, le THF est un intermédiaire employé notamment dans le secteur chimique et pharmaceutique.

Une stratégie basée sur la reconversion de sites industriels

A terme, l’usine de Patrica emploiera 90 collaborateurs directs, et permettra également de générer indirectement d’autres emplois (logistique, maintenance, etc.). Elle illustre parfaitement la stratégie du groupe Novamont, basée sur la reconversion durable d’anciens sites industriels en Italie. En effet, le site de Patrica était autrefois exploité par le pétrochimiste Mossi & Ghisolfi pour la production de polyéthylène téréphtalate (PET). Avant son implantation à Patrica, Novamont a appliqué cette stratégie en convertissant d’autres sites de production. Par exemple, à Adria (Italie), il a repris un ancien site du pétrochimiste Eni pour le convertir en usine de production de BDO. Autre exemple, avec le site italien de production d’acide azélaïque localisé à Porto Torres, qu’il exploite en coentreprise avec Versalis

Partager cet article avec :