Plastique biosourcé : Sphere s’oppose à deux amendements contre les sacs compostables

Partager cet article avec :
Sac en bioplastique de la société Sphere.

Le leader européen des emballages ménagers Sphere a appelé les députés à rejeter deux amendements déposés le 21 novembre dans le cadre du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. Ces amendements, visant à interdire les sacs bioplastiques biosourcés compostables, ont été déposés alors que le 14 novembre l’Ademe publiait un avis favorable quant à l’utilité de ces sacs. « En tant qu’entrepreneur français, je suis très inquiet de ces deux amendements déposés interdisant les sacs bioplastiques compostables, car ils auront non seulement des effets contreproductifs sur le développement de la filière de compostage et donc de l’emploi, mais aussi des effets dévastateurs sur la recherche et le développement en Europe, engagés pour des périodes longues, et reconnus pour leur excellence sur le plan mondial », a déclaré John Persenda, p-dg du groupe Sphere.

Des sacs valorisables

L’Ademe s’appuie sur le rapport « ACV comparative de sacs destinés à l’emballage de marchandises au point de vente autre que les caisses » pour démontrer que les biosourcés biodégradables et compostables sont tout à fait adaptés au compostage domestique. Elle recommande même leur utilisation pour développer cette filière : ces sacs associés à un bio-seau ajouré permettent une meilleure collecte des biodéchets et leur transport jusqu’aux bacs de collecte. « Ces sacs peuvent ainsi être traités avec leur contenu au sein des filières de compostage domestique ou industriel, pour obtenir des engrais naturels qui enrichissent les sols, et dans les filières de méthanisation pour produire de l’énergie renouvelable », a affirmé le groupe Sphere dans son communiqué. Le groupe craint aussi qu’une interdiction de ces sacs n’arrête complètement toute recherche et innovation pour des alternatives au plastique conventionnel.

Partager cet article avec :