MEG et MPG : UPM investit dans une bioraffinerie en Allemagne

Partager cet article avec :
UPM veut produire des glycols renouvelables.

Le géant du papier finlandais UPM a annoncé le 30 janvier un futur investissement de 550 millions d’euros dans une bioraffinerie à Leuna, en Allemagne. Cette unité de production à l’échelle industrielle convertira le bois massif en produits biochimiques de prochaine génération : bio-monoéthylène glycol (BioMEG), bio-monopropylène glycol (BioMPG), sucres industriels et charges fonctionnelles à base de lignine. La capacité annuelle totale de cette bioraffinerie sera de 220 000 tonnes, et l’installation devrait démarrer d’ici à la fin 2022.

Des marchés de croissance attractifs

Cet investissement ouvre de nouveaux marchés pour UPM, à l’image de son partenariat avec Dow pour la production d’un plastique renouvelable, et possède un grand potentiel de croissance pour l’avenir. « Les bioproduits moléculaires constituent l’un des trois axes stratégiques de croissance d’UPM et sont au cœur de l’innovation pour un avenir au-delà des fossiles. Nous sommes entrés avec succès dans le secteur des biocarburants et avons construit une plateforme commerciale rentable. Maintenant, nous créons une toute nouvelle entreprise durable dans le domaine des produits biochimiques à fort potentiel de croissance », a déclaré Jussi Pesonen, directeur général d’UPM. Le BioMEG peut être utilisé dans les domaines du textile, bouteilles en PET, emballages et fluides de dégivrage. Le BioMPG quant à lui peut être utilisé dans l’industrie pharmaceutique, la cosmétique, les détergents ou encore la conception de composites. Le marché mondial des glycols représente plus de 30 millions de tonnes et devrait suivre une croissance de 4 % par an. Les charges fonctionnelles à base de lignine peuvent être utilisées dans différentes applications du caoutchouc comme alternative durable au noir de carbone et à la silice, des marchés représentant 15 millions de tonnes avec une croissance annuelle de 3 %.

Un emplacement idéal

UPM veut convertir le bois en produits biochimiques de nouvelle génération.

L’Allemagne est particulièrement attrayante pour les bioraffineries grâce à son statut de centre européen d’excellence de l’industrie chimique. Le site d’InfraLeuna GmbH, dans l’Etat de Saxe-Anhalt, offre des conditions très intéressantes pour la construction d’une bioraffinerie : processus d’autorisation déjà existants, dispositions logistiques et des infrastructures disponibles pour de nombreux services. Ces conditions ont déjà attiré de nombreux industriels, dont Global Bioenergies qui y a installé son démonstrateur. De plus, la disponibilité de feuillus provenant de source durable encourage le choix du site : la matière première proviendra des éclaircies forestières et des résidus des scieries régionales. Cet investissement s’intégrant parfaitement à la stratégie bioéconomique de l’Allemagne qui encourage l’exploitation responsable des forêts.

Partager cet article avec :