MEG biosourcé : Avantium implantera son démonstrateur à Delfzijl

Partager cet article avec :
Avantium a bénéficié d’un soutien financier de 2 M€ du Feder. (c)Avantium

Le spécialiste de la chimie renouvelable Avantium a décidé de localiser le démonstrateur de sa technologie Mekong de production de mono-éthylène glycol à Delfzijl (Pays-Bas). Le choix du lieu exact de l’implantation dans la province de Groningue a été favorisé par un financement de deux millions d’euros provenant du Fonds européen de développement régional (Feder). Si la construction de ce démonstrateur avait été annoncée dès juin 2018, cette unité d’une capacité de production de 10 tonnes par an de MEG biosourcé devrait être mise en service au deuxième semestre 2019. « Notre MEG issu de plante détient le potentiel de convertir chaque matériau d’emballage et textile couramment utilisé d’une produit fossile vers un issu du végétal », commente Tom van Aken, directeur général d’Avantium. Avant de poursuivre : « Le parc chimique de Delfsijl est une excellente implantation pour le développement actuel de notre technologie Mekong. La région est exceptionnelle pour le soutien des technologies renouvelables et a une main d’œuvre hautement qualifiée et engagée, ce qui est crucial pour commercialiser notre technologie Mekong ». Cette innovation développée par Avantium permet de produire du MEG à partir de sucres renouvelables, et ce, via un procédé en une seule étape. Ce qui le rend attractif en termes non seulement d’empreinte environnementale mais aussi de compétitivité comparé à la production de MEG à partir de ressources fossiles.

Deux autres technologies en développement chez Avantium

Outre le procédé Mekong, Avantium détient deux autres technologies de chimie renouvelable, qui sont actuellement au stade du pilote. D’une part, le groupe travaille le procédé YXY permettant de produire à partir de fructose des dérivés chimiques tels que le polyéthylène furanoate (PEF) et l’acide furane dicarboxylique (FCDA). Avantium envisageait d’industrialiser ce procédé YXY via l’entreprise Synvina, de laquelle BASF s’est désengagé en décembre 2018. En outre, la société néerlandaise met actuellement au point sa technologie Dawn, visant à convertir de la biomasse végétale non alimentaire en glucose de deuxième génération et en lignine.

Partager cet article avec :