MEG : Avantium coordinateur du projet européen Impress financé par Spire

Partager cet article avec :
Avantium développe des technologies basées sur la catalyse chimique.

La société néerlandaise Avantium vient de recevoir un financement de 6 millions d’euros dans le cadre du programme européen Spire pour accélérer le développement de ses technologies Dawn et Mekong. Ce programme qui s’inscrit dans Horizon 2020 et représente un montant total de 13 M€ est destiné à faire émerger une industrie de process plus durable. A ce titre, Avantium assurera la coordination d’un consortium baptisé Impress, composé de 10 organisations industrielles et académiques à travers toute l’Europe. La France sera représentée à travers l’IRCELYON (CNRS, université Claude Bernard Lyon 1). Le financement européen est apporté pour une durée de 4 ans. « L’objectif est de créer une chaîne de valeur partant d’une biomasse non alimentaire pour arriver à des produits chimiques ou matériaux renouvelables qui répondent à la fois à des exigences économiques et de durabilité » spécifie Avantium dans son communiqué.

La combinaison des procédés Dawn et Mekong

En effet, le projet doit conduire à un nouveau modèle de bioraffinerie en combinant le procédé Dawn de déconstruction de la biomasse cellulosique avec obtention de sucre 2G et de lignine avec le procédé catalytique Mekong, qui vise à produire un monoéthylène glycol (MEG) biosourcé. En 2018, Avantium a d’ailleurs ouvert un pilote à Delfzijl (Pays-Pays) pour tester la technologie Dawn. Sur le même site, il démarrera en Novembre 2019 un pilote pour Mekong.

Au delà du MEG, c’est la filière du polyester qui est visée. Cette molécule est notamment l’une des matières premières du PET, avec l’acide téréphtalique.

En parallèle, Avantium poursuit toujours le développement de son procédé de production de FDCA par voie catalytique. Après l’arrêt de sa collaboration avec le groupe BASF, il entrevoit son industrialisation en solo pour une mise en service à l’horizon 2023. La localisation de l’usine sera précisée d’ici à la fin de l’année.

Les dix partenaires du consortium Impress

Sulzer (Suisse), Knauer (Allemagne), IRCELYON (CNRS, Claude Bernard Lyon 1 university, France), Lenntech (Pays-Bas), Vogelbusch Biocommodities (Autriche), PDC (Process Design Centre, Pays-Bas), Thinkstep (Allemagne), Aalto University (Finlande) et South-Eastern Finland University of Applied Sciences (Xamk, Finlande).

Partager cet article avec :