Matériaux de construction : Soprema mise sur les isolants biosourcés

Partager cet article avec :
Soprema propose des panneaux isolants à base de ouate de cellulose. (c)Soprema

Au cours d’un événement organisé le 21 mai, le spécialiste des matériaux d’étanchéité et d’isolation pour le bâtiment Soprema a évoqué la place des matériaux d’isolation biosourcés au sein sa stratégie de développement des années à venir. « Ces dernières années, il y a une prise de conscience des opportunités du marché de l’isolation, qu’elle soit sociétale, du côté des professionnels du bâtiment, et des particuliers », indique Matthieu Lechantre, directeur marketing de Soprema. Avant de poursuivre : « Par conséquent, il y a une demande de plus en plus forte, avec un marché en progression de 10 % par an, et de 15 à 20 % pour les isolants biosourcés ». Actuellement, le groupe Soprema génère 12 % de son chiffre d’affaires via ses solutions biosourcées. « L’objectif à terme est de réaliser une croissance de l’ordre de 25 % d’ici à la fin 2019 », précise Hervé Fellmann, directeur général de Soprema. Avant de compléter : « Notre ambition est de devenir une référence de l’isolation biosourcée ». Pour ce faire, la société souhaite promouvoir dans ses solutions la réduction de la part d’utilisation de ressources pétrosourcées et de favoriser sur les solutions “éco-sourcées“ (biosourcées et recyclées).

Deux principales sources d’isolants biosourcés

Le portefeuille de Soprema s’appuie sur deux principales sources végétales : la ouate de cellulose, et les fibres de bois. « Alors que nos solutions sont historiquement issues du pétrole, nous nous sommes intéressés aux matériaux biosourcés il y a bien longtemps pour anticiper une éventuelle raréfaction des ressources fossiles. C’est ainsi qu’en 2009, nous avons commencer par lancer notre produit UniverCell, un isolant à base de ouate de cellulose », détaille Hervé Fellmann. Depuis ce lancement, le groupe a initié plusieurs démarches pour placer l’isolation biosourcée comme un enjeu stratégique. « Par exemple, nous avons poursuivi sur cette voie en participant au projet Mutatio en 2010, visant à substituer les matières premières pétrolières par des matières biosourcées dans nos produits », précise le dirigeant de Soprema. Après le rachat de Pavatex en 2016, le groupe a étoffé son offre avec des isolants en fibre de bois, qui procurent isolation thermique, performance acoustique et perméabilité à la vapeur d’eau. Et la société Soprema ne compte pas s’arrêter à ces deux types de matériaux, et souhaite développer des matériaux innovants issus de la biomasse. C’est d’ailleurs dans ce cadre, qu’il a crééen 2018 le LabCom Mutaxio en 2018 en partenariat avec le CNRS et l’ICPEES.

Partager cet article avec :