Isobutène biosourcé : treize lettres d’intention d’achat pour Global Bioenergies

Partager cet article avec :
Global Bioenergies poursuit le développement de son procédé pour gagner en performance.

Alors qu’il n’a toujours pas posé la première pierre de sa future usine de production d’isobutène biosourcé, Global Bioenergies dit avoir trouvé preneurs pour la totalité de la capacité. En sa possession, treize lettres d’intention émanant de leaders industriels français et internationaux, portant au total sur l’achat de 49000 à 64000 tonnes d’isobutène et dérivés par an, soit la capacité programmé de l’usine.
Par ailleurs, une analyse de ces lettres montre que plus de la moitié et une part significative des volumes (environ 20%) correspondent à des marchés de niche à forte valeur ajoutée comme les carburants spéciaux et surtout la cosmétique.

Très forte demande du marché cosmétique

« Nous observons une très forte progression de la demande dans le domaine de la cosmétique » confirme Marc Delcourt, directeur général de Global Bioenergies. « Elle s’explique par une évolution profonde du marché : les dérivés d’isobutène, déjà largement utilisés par le secteur, sont recherchés pour substituer une classe d’ingrédients, appartenant à la famille des silicones, qui sont en voie de remplacement systématique. Nous estimons le marché mondial des molécules dérivées de l’isobutène biosourcé dans la cosmétique à plusieurs dizaines de milliers de tonnes par an. Une partie importante de la production d’IBN-One pourrait y être destinée, rendant alors l’usine très rentable. »
Et effectivement, plusieurs de ces lettres d’intention contiennent des indications de prix confirmant que les dérivés d’isobutène biosourcé pourraient être vendus à un prix très supérieur à celui de leurs équivalents d’origine pétrolière.
Néanmoins, il semble que le procédé doive encore être amélioré si l’on en croit Xavier Astolfi, directeur-général adjoint de Cristal Union qui a déclaré : « La poursuite de l’amélioration des performances du procédé par Global Bioenergies reste un facteur clé de la réussite du projet. »

Partager cet article avec :