Ingrédients protéinés : Arbiom choisit la Belgique et les Pays-Bas pour sa montée en échelle

Partager cet article avec :
Poudre de Sylpro.

La société Arbiom (anciennement Biomethodes) annonce l’arrivée de deux nouveaux partenaires dans le consortium européen Sylfeed qu’il pilote en vue d’industrialiser un nouvel ingrédient protéiné pour l’alimentation animale et humaine, baptisé Sylpro.

Ces deux partenaires s’appellent Bioprocess Pilot Facility (BPF), basé à Delft aux Pays-Bas, et Bio Base Europe Pilot Plant (BBEU), basé à Gand en Belgique. Il s’agit de spécialistes du développement et de la mise à l’échelle de procédés, prestation qu’ils réalisent dans leurs installations conçues pour être mutualisées. A titre de comparaison, la plateforme française ARD propose le même type de prestations, – et même au delà jusqu’à la fabrication de lots industriels -, dans ses installations de Bazancourt-Pomacle.

Un financement de BBI-JU de 10,9 millions d’euros

Lancé un 2017, Sylfeed est un projet qui vise à créer une nouvelle chaine de valeur « wood-to-food » pour donner des débouchés au bois dans l’alimentation. Il a décroché fin 2017 un financement de BBI-JU de 10,9 millions d’euros (dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union Européenne sous l’accord de subvention No 745591). Les partenaires se nomment Laxa, Matis, Norske Skog Golbey, Ostfoldforskning, Prayon, RISE Processum et Skretting (à travers son unité de R&D Skretting Aquaculture Center), auxquelles il faut désormais ajouter le nom des deux plateformes technologiques.

Le Sylpro est constitué d’une levure que l’on a fait se développer sur des substrats fermentescibles issus de la cellulose et de l’hémicellulose de feuillus, alors que la lignine a été auparavant écartée. La levure subit ensuite un traitement pour arrêter la fermentation et c’est l’ensemble de cette biomasse qui va constituer le produit fini, avec l’avantage de contenir plus de 60% de protéines.

Un temps Arbiom a envisagé de construire son propre démonstrateur en France sur le site de Norske Skog à Golbey dans les Vosges, avant de décider de faire appel à des plateformes existantes. Marc Chevrel, p-dg d’Arbiom, a déclaré vouloir tirer parti de l’expertise de ses partenaires pour réduire les risques liés à la conception d’installations commerciales.

Partager cet article avec :