Ethanol cellulosique : La technologie de Clariant séduit à l’international

Partager cet article avec :

ClariantClariant a fait part le 17 août de la signature d’un partenariat stratégique avec Chemtex Global Corporation pour le développement de projets de biocarburants de deuxième génération (2G) en Chine. Après un accord de licence en janvier dernier entre les deux sociétés, cette nouvelle collaboration a pour objectif la commercialisation en Chine du procédé Sunliquid, technologie mise au point par le chimiste de spécialités suisse. Clariant fournira les licences de la technologie permettant de produire de l’éthanol cellulosique à partir de résidus agricoles, ses services techniques et des cultures de démarrage de levures et d’enzymes. Chemtex quant à lui prendra en charge les volets ingénierie, approvisionnement et construction.

« La Chine représente l’un des principaux marchés de croissance pour Clariant. Ce partenariat stratégique avec Chemtex est un autre jalon franchi dans notre poursuite de l’objectif de l’entreprise consistant à ajouter de la valeur avec le développement durable », a commenté Christian Librera, responsable de la ligne commerciale Biocarburants et dérivés chez Clariant. En effet, la Chine étant le plus grand marché de voitures au monde, l’impact des gaz à effet de serre (GES) est devenu un effet majeur pour le gouvernement chinois. En conséquence, le Conseil d’Etat chinois a validé un plan stratégique pour augmenter l’utilisation de biocarburants 2G, et a voté un « Mandat de mélange » : toute essence utilisée pour des véhicules à moteur devra contenir du bioéthanol comme additif. En plus de limiter les émissions de GES, le procédé Sunliquid permet de limiter la pollution de l’air en valorisant les résidus agricoles : en Asie, ces coproduits sont encore souvent laissés au sol et brûlés.

Un nouvel accord de licence

Démonstrateur de Straubing de Clariant.

Fin juillet 2020, le Suisse a annoncé la signature d’un accord de licence avec Eta Bio, entreprise familiale bulgare du secteur agricole. Eta Bio avait récemment fait part de son intention de construire, posséder et exploiter une usine commerciale à grande échelle pour la production d’éthanol cellulosique à partir de résidus agricoles. Le Bulgare a donc choisi la technologie de Clariant pour sa future unité de production, offrant ainsi au Suisse son quatrième accord de licence pour Sunliquid. Cette technologie a été industrialisée pour la première fois en Roumanie en septembre 2018. En septembre 2019, un accord de licence a été signé entre le Suisse et le groupe polonais Orlen Poludnie.

« Notre technologie Sunliquid est à la pointe du développement de biocarburants durables et avancés. Le succès continu démontre clairement que notre technologie répond aux besoins du marché en matière de solutions durables et nous donne un avantage concurrentiel », a déclaré Hans Bohnen, chef de l’exploitation de Clariant. L’usine sera implantée sur un site vierge à General Toshevo, dans le nord-est de la Bulgarie, en utilisant des terres disponibles appartenant à la famille Pavlovi, propriétaires d’Eta Bio. Cette unité devrait traiter 250 000 tonnes de paille de blé par an, permettant ainsi une production annuelle de 50 000 tonnes d’éthanol cellulosique. « La réalisation du premier projet bulgare de production d’éthanol cellulosique contribuera à résoudre l’un des principaux défis auxquels sont confrontés les agriculteurs de la région : l’enlèvement de la paille des champs. Ce projet nous donnera la chance d’avoir une source de revenus supplémentaires à partir des restes agricoles », a souligné Kiril Pavlov, directeur général d’Eta Bio.

Partager cet article avec :