Catalyse polymétallique : Premier brevet pour le LabCom GreenCare impliquant Demeta

Partager cet article avec :
Patrick Piot, directeur général de Demeta.

Le LabCom GreenCare qui réunit la société Demeta, spécialisée dans le développement de catalyseurs polymétalliques, et l’Université Rennes 1 annonce le dépôt de son premier brevet.

Labellisé par l’ANR et bénéficiant d’un fort soutien de la Région Bretagne, ce LabCom combine les expertises des deux entités en catalyse organométallique et polymétallique avec pour objectif l’industrialisation d’ici trois ans « d’une nouvelle technologie de coupure oxydante d’alcènes ».

GreenCare vise ainsi le développement de nouvelles technologies vertes pour la coupure oxydante de molécules organiques, dont les incidences seront d’une importance capitale pour l’industrie chimique dans la mesure où elles contribueront à la réduction drastique de la dangerosité des procédés chimiques utilisés actuellement.

« Neuf mois seulement après la création de GreenCare, le dépôt du premier brevet confirme l’efficacité de ce partenariat et l’avancée du projet » se félicite Jean-François Carpentier, vice-président de la commission de la recherche du conseil académique de l’Université de Rennes 1.

Les « coupures oxydantes » au coeur des travaux

Les « coupures oxydantes » d’alcènes sont des réactions critiques dans l’industrie chimique. En apportant une valeur ajoutée aux molécules transformées, ces réactions permettent de produire de nombreux dérivés ayant des applications dans le domaine des plastifiants, lubrifiants, monomères pour polyesters et polyamides, mais aussi dans le domaine de la cosmétique et des intermédiaires pharmaceutiques.

Bien qu’efficaces, les procédés actuels sont très fortement remis en question du fait de leurs risques industriels majeurs (explosion et pollution) et de leurs coûts élevés. La catalyse polymétallique est une stratégie d’avenir qui combine deux métaux, non précieux et non toxiques, afin de générer des synergies et d’améliorer l’efficacité des procédés chimiques.

« Les travaux du LabCom GreenCare permettront, dans les délais impartis, d’obtenir des processus chimiques plus respectueux de l’environnement et beaucoup moins onéreux que les systèmes traditionnels, tant en capitaux investis qu’en coûts variables » précise Patrick Piot, directeur général de Demeta.

Pour rappel, Demeta est né en 2017 de la fusion des activités de Stratoz, d’Omega Cat System et de Capnodis.

Partager cet article avec :