Conditionnement: Bormioli Pharma lance un flacon en PET recyclé

Partager cet article avec :

Le spécialiste italien des solutions du conditionnement Bormioli Pharma a annoncé le lancement d’un flacon en polyéthylène recyclé conforme aux exigences de la pharmacopée européenne. Affirmant qu’il s’agit « de la première solution d’emballage en plastique durable de grade pharmaceutique, le groupe indique que cette technologie 100 % en PET recyclé démontre des performances mécaniques et physiques identiques à du PET vierge. En outre, il procure une excellente transparence et de faibles niveaux de contamination, lui permettant d’être utilisable pour le contact alimentaire. Cette innovation s’inscrit dans la volonté de Bormioli de faire certifier ses solutions de conditionnement plastique pour le secteur pharmaceutique à l’horizon 2023. Actuellement, le groupe italien propose déjà ce type de solutions d’emballage pour le secteur cosmétique et nutraceutique. Parmi celles-ci, il propose des conteneurs en polyéthylène vert 100 % en plastique biosourcé et des flacons en PET partiellement issu de ressources renouvelables (30 %). Dans le secteur de l’emballage pharmaceutique, Bormioli Pharma n’est pas le seul à proposer des solutions durables : en effet, son homologue allemand Gerresheimer commercialise depuis 2016 des conditionnements primaires de grade pharmaceutique en plastique biosourcé (polyéthylène et PET).

Un plan stratégique pour rendre l’emballage plus durable

Le développement de solutions plus renouvelables s’inscrit dans le plan stratégique de Bormioli Pharma définissant de nouveaux objectifs en matière de développement durable. Entre 2020 et 2023, la société souhaite accroître l’usage de matières premières recyclées de 2 à 30 % pour ses conditionnements. En outre, il souhaite substituer les emballages à usage unique par des solutions 100 % biodégradables. Enfin, le groupe italien entend réduire la consommation énergétique pour la production, en réduisant celle des presses à injecter de 50 %, des éclairages d’usine de 30 % et des fours pour la production de verre de 20 %.

Partager cet article avec :