Chimie du bois : ExtraForEst veut faire émerger une filière régionale dans l’Est de la France

Partager cet article avec :

Le 4 avril dernier, s’est tenue la quatrième réunion publique du projet de R&D ExtraForEst, visant à la valorisation des ressources forestières dans les régions Grand Est et Bourgogne Franche Comté. A cette occasion, le comité scientifique, composé d’acteurs issus de 6 laboratoires (Inra-Silva, Lermab, Beta, CRITTBois, FCBA et IGN), a rappelé les objectifs du programme et les opportunités procurées par la chimie du bois. « Les ressources fossiles s’épuisent, de nouveaux dispositifs environnementaux sont mis en place : il est donc important de trouver des alternatives aux composés d’origine pétrochimique. Nos récentes recherches nous ont permis de découvrir un potentiel insoupçonné dans certaines molécules de l’arbre pour le moment sous-exploitées », explique Francis Colin, coordinateur du projet ExtraForEst.

Trois axes au sein du projet

Dans un contexte où la demande en molécules biosourcées s’accroît, ExtraForEst souhaite contribuer à l’émergence d’une filière chimie du bois dans la région Grand Est. Pour ce faire, le projet s’est fixé plusieurs missions. D’une part, il doit faire l’état des lieux des ressources dans la région, que ce soit des gisements forestierq et des connexes industriels (écorces, nœuds, sciures, plaquettes, etc.). Ainsi, ExtraForEst va particulièrement étudier cinq espèces très présentes dans le Grand Est et la Bourgogne Franche Comté, à savoir le sapin, l’épicéa, le douglas, le chêne et le hêtre. A partir de ce recensement, le consortium va réaliser une étude de marché sur les différents composés du bois, afin de repérer ceux les plus prisés.

La deuxième mission du projet consiste à diffuser les connaissances acquises afin de favoriser les collaborations entre les acteurs régionaux de la filière bois et les industriels de la chimie. Dans ce cadre, ExtraForEst va notamment promouvoir l’installation d’une plateforme régionale de démonstration d’extraction chimique.

Enfin, la dernière mission que s’est fixée ExtraForEst est la création d’un outil d’aide à la décision. Agrégeant différentes données (les récoltes annuelles selon les différentes filières bois, les volumes de ressources, les prix des connexes), il aidera les parties prenantes à faire des choix stratégiques pour mieux valoriser leurs connexes et favoriser un approvisionnement durable en extractibles pour le secteur chimique. « Aujourd’hui, une écorce avec trop de nœuds est jetée ! Or elle contient des molécules à haute valeur ajoutée pour de nombreux marchés. Le frein ? Il faut des compétences de haut-niveau pour identifier la ressource et la qualifier. C’est pour cette raison que nous avons décidé de réunir les savoir-faire de la chimie avec les intérêts de la filière forêt-bois », explique François Colin.

Le projet ExtraForEst en chiffres

  • 1,5 million d’euros de subventions
  • 5 sources de financement : MAA, FEDER Lorraine, LABEX Arbre, ADEME et Région Grand Est
  • 6 laboratoires de R&D mobilisés : Inra-Silva, LERMAB, BETA, CRITTBois, FCBA, IGN

  • 3 doctorants et 3 post-doctorants impliqués
  • 
3 comités consultatifs composés d’acteurs des filières forêt-bois et de la chimie du végétal
  • 5 espèces forestières étudiées : sapin, épicéa, douglas, chêne et hêtre

  • 2 régions concernées : Grand Est et Bourgogne Franche Comté

  • 3,5 millions d’hectares de forêt

  • 54 mois de travail : juillet 2017 – décembre 2021
Partager cet article avec :