Caoutchouc biosourcé : Continental inaugure un laboratoire en Allemagne

Partager cet article avec :
Nikolai Setzer, directeur de la division Pneumatiques chez Continental

Le spécialiste des pneumatiques a officialisé le 6 décembre dernier la mise en service de son laboratoire « Taraxagum Lab Anklam » en Allemagne. Ayant coûté un investissement de 35 millions d’euros, ce centre de 30 000 m2 est dédié à la recherche et aux tests sur sa technologie caoutchouc issu de pissenlit russe, primé en 2016 lors du salon Automechanika. « Nous sommes le premier fabricants de pneumatiques dans le monde à investir un tel montant significatif pour industrialiser le caoutchouc de pissenlit. Nous voyons le pissenlit russe comme une alternative importante et un complément au caoutchouc naturel issu d’Hevea brasilensis qui nous permettra de répondre à la demande mondiale de lanière fiable et écologiquement compatible », déclare Nikolai Setzer, directeur de la division Pneumatiques au sein de Continental. A moyen terme, le laboratoire implanté à Anklam devrait permettre l’embauche d’une vingtaine de collaborateurs dans les domaines des sciences agricoles, de la chimie, et des procédés de production en vue de cultiver les plantes et de mettre au point les machines d’extraction.

Monter sur le podium des fabricants de pneus

L’investissement consenti s’inscrit dans le plan stratégique Vision 2025 mis en place par Continental. Il vise à faire rentrer la société dans le top 3 des fabricants de pneumatiques, via des investissements dans le monde entier. « Nous avons investi plus de deux milliards d’euros en production, en recherche et développement ainsi que dans les embauches et les nouveaux produits dans le monde depuis 2011. Anklam 2018 est représentatif de la série de projets uniques (que nous avons initié) en Europe, en Amérique et en Asie », souligne Nikolai Setzer.

 

Partager cet article avec :