Biotechnologies : TWB reçoit une dotation de 7 M€ de l’Etat

Partager cet article avec :
Olivier Rolland, nouveau directeur exécutif du TWB.

La plateforme de biotechnologies industrielles TWB a annoncé le 25 février la réception d’une dotation de 7 millions d’euros de la part de l’Etat. Ce financement devrait permettre à la plateforme de remplir son objectif : accélérer le développement des biotechnologies industrielles afin de répondre aux principaux enjeux sociétaux dont la lutte contre le changement climatique. Cette nouvelle dotation de l’ANR montre la reconnaissance du bilan 2012-2019 de TWB, et une confiance dans son projet stratégique pour 2020-2025. « TWB a soutenu plus de 150 projets pour un volume total d’environ 35 M€, soit 15 M€ de plus que ce que l’ANR avait fixé à TWB comme objectif sur cette première période de financement », souligne le rapport de l’ANR.

Des objectifs sur 5 ans

« Nous sommes très heureux d’avoir obtenu une nouvelle fois le soutien de l’Etat. Ce financement additionnel assoit la pérennité de TWB qui œuvre pour le développement économique des biotechnologies industrielles. Il conforte par ailleurs le rôle clé de TWB pour générer de la valeur en rassemblant les acteurs publics et privés », a déclaré Olivier Rolland, directeur exécutif de TWB. En 2011, TWB reçoit un premier financement de l’ANR de 20 M€ qui permet à la structure de démarrer son activité avec une trentaine de partenaires publics et privés. Aujourd’hui, la plateforme compte plus de 50 membres (grands groupes industriels, investisseurs, start-up, …) et a contribué à la levée de plus de 100 M€ par les start-up qui ont été accompagnées. Suite à ce nouveau financement, TWB a défini ses objectifs pour les 5 prochaines années : accroître la création de valeur via l’utilisation des biotechnologies industrielles ; fidéliser et développer son réseau de partenaires ; proposer une offre technologique de pointe intégrée sur un continuum de recherche dans une vision européenne d’infrastructure distribuée (projet IBISBA) ; explorer de nouveaux marchés ; et former la prochaine génération d’ingénieurs en biotechnologies.

Partager cet article avec :